Hausse du prix de l’énergie : la rénovation est la solution !

Alors que les prix des énergies sont orientés à la hausse, la rénovation énergétique reste le meilleur moyen d’atténuer l’impact de ces évolutions sur les budgets domestiques. Voici ce qu’il faut savoir.
La rédaction de l'Energie Tout Compris

 

Le prix du gaz naturel a augmenté de 50 % en 2021. L’électricité, elle, a connu plusieurs hausses successives : 5,9 % puis 1,23 % en 2019, 2,4 % et 1,54 % en 2020, 1,26 % et 0,48 % en 2021… Avant, a priori, une hausse de 4 % en février 2022. De fait, un kilowattheure d’énergie coûte de plus en plus cher. Heureusement, il existe une solution : la rénovation énergétique. Comment fonctionne-t-elle ? Quels travaux privilégier ? Sur quelles aides peut-on compter ? Faisons le point.

2022, nouvelle année haussière ?

La hausse des tarifs énergétiques a fait les gros titres des journaux en 2021, notamment celui du gaz naturel, dont les tarifs réglementés ont bondi durant l’été. La cause ? L’épuisement progressif des gisements facilement exploitables, une demande chaque mois plus importante, des conflits géopolitiques, et des craintes liées à l’épidémie de Covid-19.

En 2022, cette tendance devrait s’accélérer. En effet, l’Agence internationale de l’énergie anticipe une demande croissante, pour atteindre au niveau mondial +40 % en 2040. Et ce, malgré l’interdiction du chauffage au gaz dans les logements neufs en France l’année prochaine.

Même évolution attendue pour l’électricité. La hausse sur l’année devrait être comprise entre 10 % selon l’UFC-Que Choisir (septembre 2021) et 12 % selon la ministre Barbara Pompili, voire 25 %, selon certains experts.

> À lire aussi : Projet de loi de finances 2022 : ce qui change en matière de rénovation énergétique

Simulez

votre prime énergie

Je simule ma prime

La rénovation, un investissement rentable

Si le Gouvernement a mis en place certaines mesures à effet immédiat pour aider les foyers à lutter contre la hausse des prix de l’énergie, comme la bonification exceptionnelle de 100 euros pour les bénéficiaires du chèque énergie, la meilleure solution reste d’agir sur le long terme. Et pour cela, la rénovation énergétique est tout indiquée.

Mener une rénovation énergétique de son logement permet ainsi de réduire considérablement ses consommations, de bénéficier de l’apport des énergies renouvelables, et d’éviter les déperditions de chaleur. Autant de façons de lutter contre la hausse des prix du gaz et de l’électricité.

> À lire aussi : Prix de l'électricité: le Gouvernement se mobilise pour éviter une nouvelle hausse en 2022

Les travaux prioritaires

Quels travaux lancer pour améliorer les performances énergétiques de son logement ? Ils sont de plusieurs ordres :

  • Améliorer l’isolation des murs et de la toiture, pour éviter les pertes de chaleur et les entrées d’air froid ou d’humidité depuis l’extérieur.
  • Changer le système de chauffage (qui représente environ 66 % des dépenses énergétiques d’un logement !), par exemple en passant de vieux radiateurs électriques à une pompe à chaleur ou à un poêle à granulés de bois.
  • Intégrer à la consommation énergétique une part de renouvelable, notamment en installant des panneaux photovoltaïques sur le toit ou dans le jardin. L’énergie générée peut alors être consommée directement ou être revendue à un fournisseur d’électricité.

Des aides pour réduire le montant de la facture de la rénovation énergétique

Pour vous aider à lancer vos travaux de rénovation énergétique, il existe de nombreuses aides financières qui contribueront à réduire le montant de la facture globale. Cumulées, et en fonction de votre profil, elles peuvent vous permettre de financer jusqu’à 80 % du coût des travaux.

Il s’agit principalement de :

  • MaPrimeRénov’ Sérénité, une aide nouvelle aide lancée le 1er janvier 2022, concernant avant tout les logements considérés comme des « passoires thermiques », pour un montant plafonné à 30 000 euros.
  • La TVA à taux réduit à 5,5%, applicable si vous passez par un artisan agréé et reconnu par l’État.
  • L’éco-prêt à taux zéro, pour lisser le reste à charge sur plusieurs mois, voire plusieurs années, sans avoir à payer d’intérêts sur la somme empruntée.
  • Le prêt avance rénovation, permettant de ne payer que les intérêts dans le cadre d’une vente prévue du logement rénové (lequel prendra de la valeur grâce aux travaux).

Et ce, sans oublier la plateforme France Rénov’, également lancée en janvier 2022. Celle-ci regroupera toutes les ressources de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) et reposera sur une plateforme web, une aide apportée par téléphone, et plus de 450 guichets physiques partout en France.

> À lire aussi : MaPrimeRénov’ : quels montants en 2022 pour les inserts à bois et les foyers fermés ?