Comment assurer une bonne étanchéité entre la cheminée et la toiture ?

En automne et en hiver, les pluies ne sont pas rares. Avec elles, des infiltrations d’eau peuvent survenir si l’étanchéité entre la cheminée et la toiture n’est pas assurée. Voici comment les éviter.
La rédaction de l'Energie Tout Compris

assurer étanchéité cheminée toiture

Les intempéries peuvent avoir d’importantes conséquences pour la solidité d’une maison : les infiltrations d’eau peuvent en effet fragiliser grandement la structure du bâtiment, à cause d’une humidité stagnante. Parmi les points à vérifier concernant l’isolation d’un logement, on trouve ainsi l’étanchéité entre la toiture et la cheminée. Explications.

Les dangers d’une mauvaise étanchéité

Vous constatez une mauvaise étanchéité entre votre cheminée et la toiture ? Il est capital de réagir dans les plus brefs délais. En effet, celle-ci peut fragiliser la structure de la cheminée, sur toute sa hauteur. Elle peut alors moins résister à des vents importants et entraîner d’importants travaux de réparation.

De plus, une infiltration d’eau le long du conduit de cheminée, c’est un apport d’humidité dans les murs de la maison. Pour compenser, vous devrez alors plus chauffer votre logement, et donc augmenter le budget consacré aux dépenses énergétiques. Enfin, cette mauvaise étanchéité peut abîmer votre toiture. Vous imposant, alors, de la refaire dans de très courts délais pour lutter contre l’humidité ambiante !

À lire aussi : Les différentes étapes pour isoler sa toiture efficacement

Une norme à respecter pour favoriser l’évacuation des cheminées

L’installation d’une cheminée en toiture est encadrée par la norme DTU 24.1, et un ensemble de sous-normes liées à celle-ci. Elle impose notamment de prévoir de faire dépasser le débouché du conduit de fumée d’au moins 40 cm du faîtage du toit, et de le placer au-dessus de toute construction distante de moins de 8 mètres, afin de favoriser l’évacuation des cheminées. Ces 40 cm doivent vous permettre d’installer les éléments nécessaires à l’isolation du conduit de cheminée et de protéger les combles.

Isolation de la cheminée et de la toiture : les travaux

travaux isolation cheminée toiture

Trois éléments sont concernés par l’isolation de la cheminée et de la toiture : la souche, le conduit et le chapeau de cheminée.

La souche de cheminée

L’isolation de la souche de cheminée est particulièrement sensible dans le cas des anciennes constructions, pour lesquelles un solin maçonné a été installé. Ce dernier, qui assure l’étanchéité de la partie de la cheminée en contact avec le toit, peut en effet se fissurer au fur et à mesure des années, causant des fuites et des dégâts sur la souche.

Pour le réparer, il convient :

  • de retirer le solin fissuré ;
  • d’installer des bandes d’étanchéité ;
  • de renforcer le solin, par exemple avec des bandes en aluminium.

Le conduit de cheminée

Si l’eau s’infiltre par le conduit de la cheminée, l’intervention d’un maçon-couvreur est indispensable afin d’en renforcer la structure. Si besoin, il pourra aussi intervenir sur la souche de la cheminée afin de limiter les risques de fuites sur une plus longue durée et vérifier l’état de votre toiture.

Le chapeau de cheminée

Votre souche de cheminée est correctement isolée, tout comme le conduit ? L’infiltration d’eau peut provenir du chapeau de cheminée. Il doit être en aluminium et en bon état, pour ne pas que l’eau finisse par tomber à l’intérieur du conduit. Vous pouvez le remplacer vous-même assez facilement, en pensant à bien sécuriser votre progression sur le toit.

À lire aussi : Pourquoi faut-il prioriser l’isolation de la toiture ?