Qu’est-ce que le pouvoir calorifique inférieur ?

Le pouvoir calorifique inférieur, ou PCI, permet de juger des performances d’un combustible. Comment ? Explications.
La rédaction de l'Energie Tout Compris

pouvoir calorifique inférieur c'est quoi ?

Le PCI, ou pouvoir calorifique inférieur, est une notion importante dans le lexique de l’énergie pour déterminer le niveau de performance d’un combustible. Bien que méconnu, il constitue une référence lorsqu’il s’agit de comparer le coût de plusieurs sources d’énergies. Comment le calculer ? À quoi sert-il ? Voyons cela !

Pouvoir calorifique inférieur : qu’est-ce que c’est ?

Le pouvoir calorifique inférieur (PCI) permet de mesurer le rendement d’un combustible dans une chaudière. Très concrètement, il s’agit d’un indicateur aidant à connaître l’efficacité du combustible, représentant la quantité réelle de chaleur produite au cours du processus de combustion.

Le pouvoir calorifique inférieur se distingue du pouvoir calorifique supérieur puisque, contrairement à ce dernier, il ne tient pas compte de la chaleur latente (la chaleur issue, par exemple, de la condensation de la vapeur des fumées). Le PCI permet donc de comparer plusieurs combustibles, par exemple pour sélectionner celui qui offre le meilleur rendement.

À lire aussi : Quel mode de chauffage est le moins cher en 2022 ?

Le calcul du pouvoir calorifique inférieur

Le calcul du pouvoir calorifique inférieur est réalisé à partir du pouvoir calorifique supérieur, communiqué dans la plupart des cas par le fabricant du combustible. Il suffit de lui soustraire la chaleur de condensation de l’eau issue de la combustion et présente dans le combustible (par convention, 2511 kj/kg). Le PCI s’exprime ainsi :

  • en Nm3 pour les combustibles gaz ;
  • en kg pour les combustibles solides et liquides.

Plus le pouvoir calorifique inférieur d’un combustible est élevé, plus son rendement est intéressant. Cela signifie qu’à quantité ou volume de combustible égal, il vous en faudra moins pour produire la même chaleur.

À titre d’exemple, le PCI du méthane s’élève à 9,960 kWh/Nm3 en moyenne, celui du propane à 25,993 kWh/Nm3, et celui du butane à 34,361 kWh/Nm3. Du côté des liquides, le PCI du fioul (lourd ou domestique) est d’environ 11,300 kWh/kg. Enfin, celui du bois s’affiche à 3,3 kWh/kg, et celui du bois sec à 5,0 kWh/kg.

Le PCI, un indicateur précieux… mais limité

Pouvoir calorifique est un indicateur précieux

Si le calcul du PCI peut vous aider à choisir un combustible, et donc un appareil de chauffage, en mettant en parallèle le rendement annoncé, le prix du matériel et celui du combustible, il ne peut être le seul indicateur à consulter. En effet, un PCI élevé n’est en aucun cas synonyme d’énergie moins polluante. Par exemple, le fioul et le gaz naturel présentent les PCI les plus hauts… mais aussi les rejets de CO2 les plus notables.

La pollution issue du chauffage se mesure surtout en étudiant la configuration chimique et la combustion. En outre, le PCI ne permet pas directement, non plus, de connaître le mode de chauffage le moins cher.

À lire aussi : Quel bois de chauffage choisir pour une combustion optimale ?