Changer son système de chauffage : 5 erreurs à éviter

S’il est toujours malin de changer un système de chauffage à bout de souffle et/ou énergivore, certaines précautions doivent être prises. Cinq, pour être plus précis. Voici les erreurs à éviter lorsque vous changez d’installation.
La rédaction de l'Energie Tout Compris

erreurs installation de chauffage

14 %. C’est, en moyenne, la part d’un budget familial « classique » qui est destinée aux dépenses de chauffage. Un chiffre qui a tendance à augmenter tant les prix des énergies sont orientés à la hausse depuis plusieurs années, en raison notamment de facteurs géopolitiques. Ce chiffre peut aussi vous inciter à changer de système de chauffage pour une installation plus performante. Vous souhaitez vous lancer ? Voici les cinq erreurs à ne pas commettre.

Ne pas réaliser de diagnostic de performance énergétique du logement

Installer un système de chauffage performant, c’est bien. Mais le faire dans une maison mal isolée, c’est mettre un pansement sur une jambe de bois. En effet, l’installation d’une chaudière nouvelle génération ne réduira que très peu vos factures si vous vivez dans une passoire thermique.

Commencez donc par réaliser un diagnostic de performance énergétique (DPE) de votre logement. Peut-être vous permettra-t-il d’identifier d’autres priorités, comme l’isolation des combles ou des murs extérieurs, la reprise des portes et fenêtres… Une fois ces opérations effectuées, vous pourrez passer au changement de système de chauffage. Une rénovation énergétique globale est la garantie d’économies plus importantes !

 

Se fier uniquement aux conseils d’un proche

Lorsque l’on se renseigne sur les systèmes de chauffage et que l’on en parle avec des proches, il n’est pas rare de recevoir des conseils. S’ils sont évidemment les bienvenus, ils ne doivent pas être pris pour argent comptant.

Certes, vous trouverez toujours des amis ou des membres de votre famille pour vous expliquer comment ils ont divisé par deux leurs factures avec une pompe à chaleur, une chaudière à condensation ou un poêle à granulés. Mais les gains obtenus sont-ils vraiment transposables à votre situation ?

Plusieurs critères peuvent en effet jouer sur les performances d’un système de chauffage : la qualité de l’isolation, l’orientation par rapport au soleil, la position géographique… Étudiez toutes les options qui s’offrent à vous, indépendamment des recommandations des uns et des autres.

Choisir une installation incompatible avec l’ancien système

Bien choisir un système de chauffage, c’est aussi faire un choix cohérent avec votre ancienne installation – au-delà des considérations techniques (superficie du logement, localisation…). Ainsi, vous devez déterminer si vos radiateurs sont reliés, ou non, par un réseau hydraulique – autrement dit, si votre logement est équipé d’un chauffage décentralisé ou central. En restant dans la même catégorie d’installation, vous réduirez les coûts et simplifierez vos travaux.

> À lire aussi : Rénovation énergétique : 5 erreurs à éviter

Simulez

votre prime énergie

Je simule ma prime

Ne pas vérifier la rentabilité de son installation

Les chaudières à granulés et pompes à chaleur ont le potentiel pour faire baisser vos factures énergétiques, dans la durée. Cependant, ces systèmes imposent des travaux qui peuvent être coûteux, même si vous pouvez compter sur certaines aides de l’État pour en réduire la facture finale. De même, ils doivent être entretenus pour ne pas perdre en efficacité. Cela suppose l’achat, parfois onéreux, de pièces de rechange.

Ayez à l’esprit tous ces coûts au moment de choisir votre future installation de chauffage. L’amortissement de cette dernière doit rester l’une de vos principales préoccupations. Abordez donc ce sujet avec votre installateur !

Ne pas vérifier les références de l’installateur

Pour bénéficier d’aides de l’État, comme MaPrimeRénov’, l’installation de votre nouveau système de chauffage doit impérativement être réalisée par un professionnel agréé et certifié RGE (reconnu garant de l’environnement). C’est la première vérification à effectuer auprès de votre prestataire.

Mais ce n’est pas la seule : votre installateur doit être digne de confiance. Consultez donc les avis postés sur Internet, demandez des recommandations à vos voisins et à vos proches, voire à l’Agence nationale de l’habitat (Anah). Ne vous engagez pas avec le premier venu, en particulier lorsque vous avez été la cible d’un démarchage commercial qui vous promet qu’avec les aides, « vous n’allez rien payer » pour le changement de votre système de chauffage.

> À lire aussi : Aides à la rénovation énergétique : les nouveautés 2022