DPE : des décotes proches de 15 % pour les passoires thermiques

Le classement DPE d’un logement influe sur sa valeur, notamment si celui-ci est classé parmi les passoires thermiques. Un phénomène particulièrement marqué pour les maisons et dans les villes du nord de la France, telles que Strasbourg. À combien s’élève la décote des passoires thermiques ? Comment y remédier ?
La rédaction de l'Energie Tout Compris

perte de valeur des passoires thermiques

Le DPE (diagnostic de performance énergétique) est un document désormais obligatoire lors des transactions immobilières. Il classe le logement de A à G en fonction de sa performance énergétique. Selon son classement, la valeur du bien peut drastiquement chuter. C’est notamment le cas des passoires thermiques, notées F et G au DPE. Pour résoudre ce problème, la meilleure solution est de se lancer dans des travaux de rénovation énergétique.

Passoires thermiques : des décotes jusqu’à 19 % pour les maisons

La performance énergétique d’un logement est un critère qui prend de plus en plus d’importance pour estimer la valeur d’un bien, donc son prix de vente. Une étude menée par les Notaires de France met en évidence le fait que les passoires thermiques souffrent d’une décote importante. Ces dernières se vendraient entre 2 et 19 % moins cher que les biens classés D. Pour les maisons, la décote varie entre 3 et 19 %, contre 2 à 11 % pour les appartements.

À l’inverse, les bien étiquetés A et B verraient leur valeur gonflée de 6 à 14 % pour les maisons et de 3 à 16 % pour les appartements.

À lire aussi : Quelle est la durée de validité d’un DPE ?

La performance énergétique, un critère plus ou moins important en fonction des villes de France

L’impact de la performance énergétique d’un logement sur sa valeur et son prix de vente est cependant bien différent d’une ville à l’autre. Si la décote moyenne est de l’ordre de 5 % pour les appartements, celle enregistrée à Strasbourg serait plutôt de 10 %. À l’inverse, le classement DPE n’a presque pas d’impact à Paris, où le marché immobilier est très tendu et où les logements sont souvent peu performants d’un point de vue énergétique.

Pour les maisons, la variation de prix liée à la performance énergétique est aussi plus sensible que pour les appartements. Les décotes peuvent atteindre 15 %. Pourquoi ? Car les surfaces à chauffer sont plus grandes. Pas étonnant, donc, que dans le Sud (Marseille, Nice, Toulon) l’impact du classement DPE soit plus mesuré (environ -4%) que dans le Nord. La décote atteint 15 % pour les passoires thermiques en comparaison des biens classés A dans des villes telles que Dijon, Reims, Rennes et Angers.

À lire aussi : Nos conseils pour améliorer le DPE de votre appartement ou maison

Interdiction de location des passoires thermiques : l’importance de réaliser des travaux de rénovation énergétique

Selon la loi Climat et Résilience, les passoires thermiques seront bientôt interdites à la location. Première échéance le 1er janvier 2023, pour les pires passoires thermiques.

L’ensemble des logements classés G seront interdits à la location en 2025, ceux classés F en 2028 et ceux classés E en 2034. Résultat : les propriétaires doivent réaliser des travaux de rénovation énergétique s’ils souhaitent continuer de louer leur bien.

travaux de rénovation énergétique

Différents dispositifs, tels que MaPrimeRénov’, permettent d’alléger la facture. Si les rénovations globales s’avèrent les plus efficaces, voici les différents types de travaux qui peuvent être réalisés :