Quelles aides pour changer de système de chauffage ?

La rédaction de l'Energie Tout Compris

Les aides de l’État pour changer de système de chauffage

Vous souhaitez réaliser des travaux de rénovation énergétique, et notamment changer votre système de chauffage ? C’est une bonne idée : au-delà des obligations liées à la mise en place du nouveau DPE, ces travaux peuvent vous aider à réaliser des économies d’énergie, et donc à revoir à la baisse vos factures. Mais quelles sont les aides disponibles pour financer ces travaux ?

MaPrimeRénov’

L’aide MaPrimeRénov’ a été lancée en janvier 2020, puis renforcée au début de l’année 2022. Elle remplace l’ancien CITE (crédit d’impôt pour la transition énergétique) et concerne tous les foyers qui se lancent dans des travaux de rénovation énergétique.

Elle est distribuée assez largement : s’agissant du chauffage, tous les systèmes sont concernés, à l’exception des chaudières au fioul et des pompes à chaleur air-air. Son montant peut atteindre :

  • 1 200 euros pour une chaudière gaz à très haute performance (attention, ce type de chauffage ne sera plus concerné à partir de janvier 2023) ;
  • 4 000 euros pour une pompe à chaleur air-eau ;
  • 10 000 euros pour une pompe à chaleur géothermique ;
  • 10 000 euros pour une chaudière biomasse et pour des panneaux solaires combinés.

MaPrimeRénov’ Sérénité

MaPrimeRénov’ Sérénité est destinée aux foyers les plus modestes (les ménages « bleus » et « jaunes », selon la classification de l’État) qui se lancent dans un bouquet de travaux de rénovation énergétique. En plus du remplacement du système de chauffage – tous les types de chauffage sont concernés –, il convient donc, pour y prétendre, de refaire l’isolation de son logement ou de changer ses fenêtres, par exemple.

Deux autres critères sont à respecter :

  • être propriétaire occupant, au titre de la résidence principale, du bien concerné depuis plus de 15 ans ;
  • réaliser des travaux apportant un gain énergétique de 35 % ou plus.

Le montant de MaPrimeRénov’ Sérénité ? 15 000 euros (50 % HT du plafond de 30 000 euros) pour les foyers « bleus », et 10 500 euros (35 % HT du plafond de 30 000 euros) pour les foyers « jaunes ».

Les certificats d’économies d’énergie (CEE) et la prime Coup de pouce

Le dispositif des certificats d’économies d’énergie est ouvert à tous les particuliers. Il constitue la contribution des fournisseurs d’énergie et de carburant à l’amélioration des logements en France.

Vous souhaitez changer votre système de chauffage pour une chaudière gaz ou pour une pompe à chaleur (PAC) air-air ? Vous pouvez bénéficier du dispositif des CEE, pour un montant compris entre 90 et 420 euros.

Vous pouvez également prétendre, sous certaines conditions financières, à la prime Coup de pouce, pour un montant maximum de 4 000 euros, si vous installez l’un des appareils suivants :

  • une PAC air-eau ;
  • une PAC hybride ;
  • une chaudière biomasse ;
  • des panneaux solaires combinés.

La TVA à taux réduit

L’application d’une TVA à taux réduit à 5,5 %, contre 20 % pour les autres biens de consommation, permet de réduire sensiblement le montant de ses travaux de changement de système de chauffage. Attention cependant, tous les modèles ne sont pas concernés. Ainsi, sont exclues de ce dispositif les pompes à chaleur air-air et les chaudières gaz non-THPE (qui ne sont pas à très haute performance énergétique).

Pour bénéficier de cette TVA à taux réduit, il faut complètement changer son système de chauffage, et réaliser ces travaux dans un bien construit depuis plus de deux ans. De plus, l’intervention d’un professionnel certifié RGE est indispensable.

> À lire aussi : Quelles aides à la rénovation énergétique en 2022 ?

L’éco-prêt à taux zéro

L’éco-prêt à taux zéro permet de financer, dans la durée, des travaux de rénovation énergétique comme un changement de système de chauffage pour un modèle utilisant des énergies renouvelables (notamment une PAC ou une chaudière à granulés). Et ce, en plusieurs mensualités, sur lesquelles vous ne payez pas d’intérêts d’emprunt !

Le montant de l’éco-PTZ dépend des travaux engagés (tous les systèmes de chauffage modernes sont concernés). Il peut ainsi atteindre :

  • 15 000 euros pour une seule action de rénovation énergétique ;
  • 25 000 euros pour deux actions ;
  • 30 000 euros pour trois actions ;
  • 50 000 euros pour une rénovation globale.

La durée de l’éco-PTZ est limitée à 15 ans (20 ans pour une rénovation globale). Pour en bénéficier, le logement doit avoir plus de deux ans et constituer votre résidence principale.

Le chèque énergie

Le chèque énergie est attribué automatiquement aux foyers les plus modestes. S’il permet avant tout de régler sa facture d’énergie, il peut aussi servir à financer des travaux tels qu’un changement de système de chauffage. Son montant sera alors déduit de la facture finale du prestataire.

Notez qu’il existe aussi des aides proposées par les collectivités locales. Pour plus de renseignements, vous pouvez vous tourner vers le site de votre Région, de votre département et/ou de votre mairie.

Changement de chauffage : quelles pièces fournir pour les aides ?

Pour bénéficier des aides aux travaux de rénovation énergétique, certains documents sont impératifs. Ainsi, il est recommandé, avant tout envoi de dossier, de réunir les éléments suivants :

  • votre pièce d’identité ;
  • un justificatif de domicile ;
  • un relevé d’identité bancaire ;
  • un ou plusieurs devis, réalisés par vos fournisseurs ;
  • votre dernier relevé d’imposition, pour déterminer le montant des aides auxquelles vous avez droit ;
  • des justificatifs de revenus (principalement pour obtenir un éco-PTZ).

> À lire aussi : Maison à rénover : par quels travaux commencer ?

L’artisan RGE, ce partenaire indispensable

Vous en êtes à la phase de devis pour votre changement de système de chauffage ? Attention, veillez à ne solliciter que des professionnels certifiés RGE (Reconnus garants de l’environnement), comme les plombiers chauffagistes principalement ou les domoticiens. D’une part, vous serez certain de bénéficier de travaux de qualité. D’autre part, vous pourrez prétendre aux aides proposées par l’État : toutes, ou presque, sont conditionnées au fait de mandater une entreprise certifiée RGE !