Quelles aides à la rénovation énergétique chez nos amis belges ?

La Belgique encourage elle aussi ses habitants à réaliser des travaux de rénovation énergétique. Les trois régions qui composent le pays offrent en effet des primes différentes en fonction des travaux effectués. Zoom sur les aides à la rénovation énergétique chez nos amis belges.
La rédaction de l'Energie Tout Compris

Rénovation énergétique

La France n’est pas le seul pays européen à posséder un parc immobilier vieillissant et responsable d’émissions de gaz à effets serre importantes. Chez nos amis belges, par exemple, le gouvernement a lui aussi décidé d’accélérer la rénovation des passoires thermiques (les bâtiments possédant une étiquette énergétique F ou G) en stimulant les propriétaires concernés avec différentes primes.

Pour rappel, la Belgique est un pays séparé en trois régions : la Région wallonne, majoritairement francophone, au sud du pays, la Région flamande, majoritairement néerlandophone, au nord, et la région Bruxelles-Capitale, au centre du pays. Et ce sont les régions, en Belgique, qui disposent des compétences en matière de rénovation énergétique. Ce sont donc elles qui octroient les différentes primes pour l’aide à la rénovation énergétique. Chacune de ces entités dispose de ses propres critères d’éligibilité (nature des travaux, niveau de revenus, etc.) et de ses propres primes.

En Région wallonne : un audit obligatoire pour lister l’ordre des travaux

En Wallonie, tous les foyers désireux d’obtenir une prime doivent faire appel à un auditeur logement agréé par la Région wallonne. Cet auditeur listera les travaux à effectuer et l’ordre dans lequel ceux-ci doivent être réalisés. Le montant de cet audit peut lui-même être amorti par une prime s’élevant de 110 à 660 euros selon les revenus.

En Wallonie, si les travaux sont réalisés avant le passage de cet auditeur, aucune prime ne sera octroyée !

Comme en France, les travaux doivent être réalisés par des professionnels – sans que ceux-ci soient forcément labellisés RGE – et dans les 7 ans à partir de la date d’enregistrement du rapport d’audit.

Quelles primes pour quels travaux ?

Les primes varient en fonction de la nature des travaux et du niveau des revenus. Ils sont divisés en cinq catégories :

Catégorie de revenus

Revenus de référence du ménage

Majoration de la prime de base

R1

≤ 23 000 €

Prime de base multipliée par 6

R2

≥ 23 000,01 et ≤ 32 700 €

Prime de base multipliée par 4

R3

≥ 32 700,01 et ≤ 43 200 €

Prime de base multipliée par 3

R4

≥ 43 200,01 et ≤ 97 700 €

Prime de base multipliée par 2

R5

> 97 700 €

Prime de base multipliée par 1

Comme en France, les travaux éligibles peuvent être liés à l’isolation des murs, du sol ou des combles, à l’installation d’un système de chauffage plus performant ou d’un système de ventilation.

Quelques exemples de travaux :

Pour l’isolation des combles par exemple, les ménages aux revenus les plus bas (R1) perçoivent une prime de 0,90 € par kWh économisé. Pour ces même travaux, réalisés par un ménage aux revenus élevés (R5), il faut diviser la prime par 6, soit 0,15 € par kWh économisé. C’est l’auditeur qui calcule l’économie d’énergie induite par les travaux.

Pour l’installation d’une chaudière biomasse par un ménage de catégorie R3, le montant de la prime est de 3.000 euros.

Dans tous les cas, le montant de la prime est plafonné à 70 % du montant total des factures.

Comme en France, les travaux peuvent aussi faire l’objet d’un crédit à taux zéro.

Simulez

votre prime énergie

Je simule ma prime

En Région bruxelloise: des bonus depuis le 1er janvier 2021

En région bruxelloise, des conseillers sont à disposition gratuitement pour évaluer les travaux à réaliser. Des auditeurs agréés peuvent aussi être sollicités, mais ce n’est pas une obligation pour obtenir les primes.

Quels primes pour quels travaux ?

Tous les propriétaires et locataires bruxellois peuvent avoir accès à ces primes pour la rénovation énergétique. Le montant de celles-ci est proportionnel aux revenus :

Catégorie de revenus

Plafond de revenus si personne isolée

Plafond de revenus si cohabitant ou en couple

A

Plus de 71.565,60 €

Plus de 86.565,60 €

B

Entre 35.782,80 et 71.565,60 €

Entre 50.782,80 et 86.565,60 €

C

Moins de 35.782,80€

Moins de 50.782,80 €

Les primes sont également plus généreuses pour les copropriétés, les collectivités d’accueil, les écoles, les centres sportifs et les entreprises de travail adapté.

Quelques exemples de travaux :

Pour l’isolation des murs extérieurs, les ménages aux revenus de catégorie C peuvent obtenir une prime de 75 euros/m2, avec un maximum de 50 % de la facture finale.

Pour l’installation d’une pompe à chaleur destinée au chauffage, les ménages aux revenus de catégorie B peuvent obtenir une prime pouvant atteindre 4.500 euros (maximum 50 % de la facture finale). La région prévoit également une bonification « sortie mazout/charbon » si cette pompe à chaleur remplace une installation alimentée par une énergie fossile.

Dans cette région de Belgique, la demande pour la prime doit être introduite lorsque les travaux sont terminés, jusqu’à un an après la dernière facture.

En réponse à la crise sanitaire, le gouvernement bruxellois a également prévu un bonus temporaire, jusqu’en septembre 2021, qui augmente considérablement le montant de certaines « Primes Énergie ». Ces bonus concernent notamment les travaux d’isolation (toit, murs et sol) et l’audit énergétique.

En Région flamande : des « super primes » pour les travaux ambitieux

Dans le nord du pays, il est également possible d’obtenir des aides financières pour rénover son logement. Le gouvernement flamand oblige Fluvius, le gestionnaire flamand du réseau de distribution d’électricité et de gaz, à encourager ses clients à faire des économies d’énergie.

Pour quels travaux ?

Plusieurs travaux permettent de bénéficier de cette prime : isolation du sol, isolation des murs ou du toit, vitrage à haut rendement, etc. En effectuant trois investissements de rénovation dans une période de 5 ans, il est possible d’obtenir un bonus rénovation totale, qui vient donc s’ajouter aux primes individuelles.

Il est possible de demander le bonus rénovation totale pour les investissements repris dans la liste ci-dessous :

  • Placer au minimum 30 m2 d’isolation du toit ou du grenier
  • Placer un mur creux, au minimum 30 md’isolation extérieure ou intérieure
  • Placer au minimum 30 m2 d’isolation du sol
  • Placer au minimum 5 m2 de nouveau vitrage
  • Installer un chauffe-eau solaire
  • Installer une pompe à chaleur
  • Installer un système de ventilation

Après trois investissements, les ménages flamands ont droit à une « super prime » de 1.250 euros. Ce montant continue à grimper au fil des investissements effectués sur la liste pour arriver à 4.750 euros au total pour les sept investissements.

Il ne s’agit pas d’un pré-financement, c’est-à-dire qu’il faut d’abord effectuer les travaux avant de pouvoir récupérer une partie du financement.

D’autres aides à la rénovation

D’autres aides peuvent s’ajouter aux primes du gestionnaire de réseaux. La prime globale à la rénovation s’adresse aux propriétaires qui effectuent des travaux lourds (gros-œuvre, toiture, menuiseries extérieures, etc.) pour transformer un bâtiment existant en un logement.

Il est également possible d’obtenir, sous certaines conditions, un taux réduit pour ses droits d’enregistrement (5 % au lieu de 6).

Les provinces et les communes peuvent elles aussi intervenir pour diminuer le reste à charge des ménages belges désireux de réaliser des travaux de rénovation énergétique.