Mauvaise installation d’une pompe à chaleur : comment l’éviter ?

Si la pompe à chaleur offre des avantages non-négligeables, certaines erreurs sont à ne pas commettre lors de son installation pour bénéficier de performances optimales. Explications.
La rédaction de l'Energie Tout Compris

eviter-les-erreurs-d-installation-de-pompe-a-chaleur

Efficace, économique, écologique et au rendement quasi-inégalable, la pompe à chaleur (PAC) remporte, en matière de chauffage, bien des suffrages. Reste que certaines erreurs peuvent être commises lors de l’installation de l’appareil. Lesquelles ? Quelles conséquences peuvent-elles avoir ? Comment les corriger ?

Erreur #1 : choisir une PAC avant d’isoler le logement

Les pompes à chaleur, qu’il s’agisse d’un modèle air-eau, air-air ou encore géothermique, peuvent être assez onéreuses, mais le retour sur investissement sera rapide… si et seulement si votre logement est bien isolé. En effet, dans le cas contraire, les déperditions de chaleur seront trop importantes, vous aurez besoin d’un appareil plus puissant (et donc plus cher), et vous peinerez à obtenir le niveau de confort souhaité.

Notre conseil ? Une isolation perfectible est à traiter en priorité dans un logement. Laissez donc de côté, le temps des travaux, votre projet d’installation de pompe à chaleur.

À lire aussi : Les conseils pour rénover en privilégiant la performance énergétique

Erreur #2 : mal calculer le dimensionnement de la PAC

Les pompes à chaleur sont le plus souvent installées par des professionnels du secteur, et ce n’est pas pour rien. Si leur installation est complexe, leur sélection nécessite un calcul de puissance précis. Se tromper dans ce calcul, c’est prendre le risque de se retrouver avec une PAC sur ou sous-dimensionnée.

Choisir une pompe à chaleur trop puissante

Choisir une PAC trop puissante par rapport aux besoins réels de votre logement comporte de nombreux inconvénients :

  • un coût à l’achat plus élevé que nécessaire ;
  • des consommations trop importantes, retardant le moment du retour sur investissement ;
  • une usure prématurée de l’appareil, nécessitant plus d’opérations d’entretien ;
  • une durée de vie revue à la baisse

Opter pour une pompe à chaleur pas assez puissante

S’il peut être compréhensible de vouloir réaliser des économies sur le chauffage, veillez à ne pas vous fixer un budget trop faible pour l’achat de votre PAC. Vous risqueriez de choisir une pompe à chaleur trop peu puissante.

Problème : une PAC sous-dimensionnée ne vous permettra pas d’atteindre un bon niveau de confort thermique. Là encore, le risque de panne peut être important, et l’usure plus rapide.

Erreur #3 : choisir une marque méconnue

Les installateurs travaillent souvent avec une, deux ou trois marques de pompes à chaleur, et recommandent de faire un choix parmi celles-ci. Ce n’est pas pour rien : ce sont des références qu’ils connaissent bien, et pour lesquelles ils savent que les pièces détachées, notamment, seront disponibles longtemps.

Évitez donc de chercher à faire des économies en optant pour une marque méconnue. En cas de panne, vous pourriez avoir à attendre plusieurs semaines avant de recevoir la pièce que votre technicien doit installer.

Erreur #4 : ne pas faire appel à un professionnel

ne-pas-faire-appel-a-un-professionnel

Pour éviter tous les désagréments évoqués, le mieux est encore de faire appel à un professionnel avant la sélection de votre équipement. Celui-ci saura vous indiquer quelles actions de rénovation mettre en place en priorité, quelle puissance de PAC choisir pour chauffer efficacement votre logement, et vous aidera à trouver le juste milieu entre performances et prix limité.

En outre, le recours à un installateur certifié RGE peut vous ouvrir l’accès à des aides pour l’installation de votre nouvel équipement de chauffage. La principale erreur est donc de ne pas se faire accompagner !

À lire aussi : Comment choisir son installateur de pompe à chaleur ?