savoir plus

Testez votre éligibilité à la Prime TotalEnergies pour financer votre projet

projets accompagnés

+ 50 000 projets accompagnés /an

Estimer mes aides flèche droite

Les critères à prendre en compte pour bien choisir sa pompe à chaleur

Choisir une pompe à chaleur, c’est tout d’abord faire le point sur ses besoins et sur ceux de son foyer. Et ce, en fonction de plusieurs critères.

1. La surface de votre logement

Toutes les pompes à chaleur ne peuvent répondre à toutes les superficies de logements. En effet, vous devrez effectuer certains calculs pour vous assurer que votre appareil pourra chauffer votre bien, sans « rupture » dans la production de chaleur et sans surconsommation !

Pour cela, vous devrez connaître :

  • la superficie de votre logement ;
  • la hauteur sous plafond.

Bon à savoir :

Pour effectuer le calcul de dimensionnement de votre installation, il est recommandé de faire appel à un professionnel. Celui-ci vous indiquera la puissance idéale pour la PAC à installer dans votre logement, et vous permettra ainsi de réaliser des économies substantielles.

2. Votre type de logement et son bilan thermique

Mieux un logement est isolé, moins il a besoin de puissance pour être chauffé. Ainsi, une maison neuve nécessitera une pompe à chaleur moins puissante qu’un bien ancien non rénové. Vous ne savez pas à quel point l’isolation de votre logement est performante ? Commencez par faire réaliser un bilan thermique par un professionnel. Il vous permettra d’estimer la puissance nécessaire pour votre pompe à chaleur.

3. Le climat de la région où se trouve votre logement

Puisqu’elle puise de l’énergie dans un milieu extérieur (l’air, le sol, l’eau), la pompe à chaleur dépend grandement de la température de votre région. En effet, plus il fait froid dehors, plus elle doit fournir d’efforts pour produire de la chaleur. Ainsi, dans le Sud de la France, il lui sera généralement plus facile d’atteindre la température souhaitée !

Votre installateur pourra vous communiquer la température extérieure de base de votre région de résidence. Elle sera précieuse pour calculer la puissance optimale de votre pompe à chaleur.

4. Le nombre d’occupants

Plus le nombre d’occupants d’un logement est important, plus les besoins en chaleur sont réguliers. Le logement a, de fait, moins de chances d’être « vide » pendant la journée. Ainsi, par exemple, les familles nombreuses ont souvent besoin d’une pompe à chaleur plus puissante que les personnes qui vivent seules.

Il faudra aussi vous intéresser aux habitudes des occupants du logement. Si l’ensemble de la famille souhaite une température minimale de 21 °C, votre pompe à chaleur devra être assez puissante.

5. La configuration du chauffage existant et de l’isolation

Certes, une pompe à chaleur permet de réaliser des économies sur les factures énergétiques. Mais à quel point ? Pour répondre à cette question, intéressez-vous à votre chauffage actuel et à la qualité de votre isolation. Ainsi, plus votre système actuel est énergivore, plus l’opération sera rentable rapidement.

6. Votre budget

Avant de choisir une pompe à chaleur, faites le point sur votre budget. Il vous faudra en effet prévoir certaines dépenses :

  • le coût de la pompe à chaleur ;
  • le coût de l’installation ;
  • les éventuels travaux nécessaires pour optimiser l’installation de votre pompe à chaleur…

Quel type de pompe à chaleur choisir ?

Taille du logement, nombre d’occupants, habitudes de chauffage, budget, configuration des pièces… Voilà autant de critères qui influenceront votre choix de pompe à chaleur. En effet, il convient de prendre connaissance autant des contraintes structurelles de votre logement que des besoins des occupants pour sélectionner la PAC la plus adaptée.

Mais votre choix ne se limitera pas à ces éléments. Il faudra aussi s’attarder sur les caractéristiques propres aux différents modèles de pompes à chaleur disponibles sur le marché : lieu de captation de l’énergie, adaptation à votre type de logement et au système de chauffage en place, autonomie ou besoin d’un chauffage d’appoint en complément, prix, consommation électrique, aides au financement… Pour vous guider dans votre achat, découvrez ci-après les principaux types de PAC, leurs avantages et leurs inconvénients.

Bon à savoir :

Indépendamment du type de pompe à chaleur, votre choix devra être guidé par le COP, ou coefficient de performance énergétique. Cette information vous sera donnée par le fabricant de l’appareil : elle permet de savoir quelle quantité de chaleur est produite en fonction de la consommation électrique. Plus le COP est élevé, plus le rendement de la PAC est intéressant.

La pompe à chaleur air-air

La PAC air-air fonctionne selon un principe simple : elle récupère les calories présentes dans l’air extérieur pour chauffer l’air intérieur d’un logement. Pour cela, elle s’appuie sur une unité extérieure, un fluide caloporteur et une unité intérieure.

Les avantages et inconvénients

La pompe à chaleur air-air présente de nombreux avantages :

  • un excellent rendement, notamment dans les régions les plus chaudes de France ;
  • la possibilité d’opter pour un modèle réversible, capable de produire de l’air frais pendant l’été ;
  • des températures modulables pièce par pièce ;
  • une chaleur à la fois homogène et douce.

Quelques inconvénients sont cependant à noter : la pompe à chaleur air-air ne peut prétendre à toutes les aides à la rénovation énergétique. De plus, le rendement peut baisser lors des périodes de grand froid (l’appareil peut même s’arrêter en dessous de -10 °C). Enfin, elle ne peut servir pour l’eau chaude sanitaire.

Pour quel type de logement ?

La pompe à chaleur air-air conviendra parfaitement aux logements situés dans les zones où les hivers sont les moins rudes, et à ceux qui n’offrent pas un accès au sol suffisant pour les autres types de pompe. Elle peut être utilisée pour une construction neuve, comme pour la rénovation d’un bien ancien.

Seule, ou avec un autre type de chauffage ?

Le plus souvent, la pompe à chaleur air-air nécessite un chauffage d’appoint, à mettre en route au plus fort de l’hiver.

Le prix moyen de cette pompe à chaleur

Pose comprise, le prix moyen d’une pompe à chaleur air-air varie entre 5 000 et 11 000 €.

Les aides disponibles

L’installation d’une pompe à chaleur air-air permet de bénéficier, sous certaines conditions, des aides suivantes :

  • la prime énergie TotalEnergies, versée directement sur votre compte bancaire ;
  • l’éco-prêt à taux zéro, si l’opération est intégrée à un bouquet de travaux de rénovation énergétique ;
  • l’aide MaPrimeRénov’ Sérénité, distribuée par l’Anah, si la PAC s’inscrit dans un projet global de rénovation ;
  • certaines aides locales.

La pompe à chaleur air-eau

La pompe à chaleur air-eau est un système de chauffage qui va puiser des calories dans l’air extérieur grâce à un fluide frigorigène. Cette énergie va chauffer de l’eau, qui pourra ensuite alimenter une installation de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire.

Les avantages et inconvénients

La pompe à chaleur air-eau offre certains avantages :

  • Elle peut s’intégrer facilement à votre système de chauffage actuel, tant qu’il utilise un circuit d’eau chaude. La PAC air-eau peut ainsi, par exemple, remplacer une chaudière gaz.
  • Son installation est donc assez simple.
  • Elle offre un excellent rendement et un très bon confort thermique.
  • Elle peut se décliner en modèle réversible.

S’agissant des inconvénients de la PAC air-eau, on retiendra que l’unité extérieure peut afficher un niveau sonore nécessitant de l’éloigner un minimum de l’habitation. De plus, elle impose la mise en place d’un contrat d’entretien, pour un coût compris entre 200 et 400 € par an. Enfin, la PAC air-eau peut ne plus fonctionner lorsque la température extérieure est trop faible.

Pour quel type de logement ?

La PAC air-eau est idéale en rénovation, puisqu’elle peut remplacer n’importe quel appareil qui alimente un circuit de chauffage à eau chaude. Elle est aussi pertinente dans le neuf. Elle concerne, enfin, les maisons comme les appartements !

Seule, ou avec un autre type de chauffage ?

Lorsque l’on installe une pompe à chaleur air-eau, il est important de conserver ou d’installer un chauffage d’appoint. Celui-ci prendra le relais si les températures extérieures chutent. En effet, entre -5 et -25 °C, la PAC air-eau peut s’arrêter totalement de fonctionner.

Le prix moyen de cette pompe à chaleur

En général, le coût total (tarif de l’appareil et installation) d’une pompe à chaleur air-eau s’affiche entre 9 000 et 14 500 €. Il peut varier en fonction des régions et de la puissance de la PAC.

Les aides disponibles

L’installation d’une PAC air-eau permet de bénéficier des aides suivantes :

  • la prime énergie TotalEnergies ;
  • le dispositif MaPrimeRénov’ ;
  • la TVA au taux réduit de 5,5 % ;
  • l’éco-prêt à taux zéro.

La pompe à chaleur géothermique

La pompe à chaleur géothermique récupère les calories présentes naturellement dans le sol pour les transmettre, ensuite, aux émetteurs de chaleur du logement. Elle repose sur l’installation de capteurs extérieurs, qu’ils soient horizontaux (serpentins) ou verticaux (forage).

Les avantages et inconvénients

La pompe à chaleur géothermique fait partie des solutions les plus avantageuses. Elle offre un effet :

  • un excellent rendement ;
  • une source énergétique quasi-constante, la température du sol étant bien plus stable que celle de l’air ;
  • une production d’eau chaude en plus du chauffage dans le logement.

Les inconvénients de la PAC géothermique ? On pourra regretter un investissement initial plus conséquent, même s’il est vite rentabilisé, et une complexité technique plus importante. Cependant, cette dernière est gérée de A à Z par un installateur.

Pour quel type de logement ?

La PAC géothermique convient à tous les bâtiments, qu’ils soient neufs, anciens, rénovés, petits ou grands. Le seul impératif ? Disposer d’un sol extérieur, dans lequel pourront être installés les capteurs de chaleur.

Seule, ou avec un autre type de chauffage ?

Il n’est pas obligatoire de recourir à un chauffage d’appoint avec une pompe à chaleur géothermique. Celui-ci sera superflu si :

  • le COP de l’appareil est assez élevé ;
  • le logement se trouve dans une zone où les températures extérieures ne se maintiennent pas, plusieurs jours durant, sous les -10 °C.

Le prix moyen de cette pompe à chaleur

Le prix moyen de la pompe à chaleur géothermique s’affiche entre 20 000 et 40 000 €. Il faut dire que cet appareil fait intervenir deux professionnels : celui qui va forer le terrain pour installer les capteurs d’une part, et l’installateur de la PAC d’autre part.

Les aides disponibles

L’installation dans un logement d’une PAC géothermique permet de bénéficier de certaines aides :

  • la prime énergie TotalEnergies ;
  • le dispositif MaPrimeRénov’ ;
  • la TVA à taux réduit, à 5,5 % ;
  • l’éco-prêt à taux zéro.

La pompe à chaleur solarothermique

La pompe à chaleur solarothermique combine deux équipements pour créer de la chaleur dans le logement : des panneaux photovoltaïques et une pompe à chaleur air-eau. Ces derniers alimentent le réseau d’eau pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire.

Les avantages et inconvénients

La PAC solarothermique fait partie des systèmes les plus écologiques et économiques pour produire de la chaleur. De plus, elle s’avère particulièrement efficace dans certaines régions.

En revanche, quelques inconvénients sont à avoir à l’esprit :

  • Elle peut être assez onéreuse.
  • Dans certaines régions, les panneaux solaires ne sont pas suffisants pour produire de la chaleur.

Pour quel type de logement ?

La PAC solarothermique convient aux logements neufs ou anciens en cours de rénovation. Seul impératif : un ensoleillement minimal, pour un retour sur investissement assez rapide permettant de justifier cette installation.

Seule, ou avec un autre type de chauffage ?

La PAC solarothermique fonctionne sans chauffage d’appoint dans les régions les plus ensoleillées de France. En dehors de celles-ci, mieux vaut prévoir un chauffage d’appoint, au cas où.

Le prix moyen de cette pompe à chaleur

Il faut compter 15 000 à 20 000 € pour l’installation d’une PAC solarothermique.

Les aides disponibles

Installer une PAC solarothermique permet de bénéficier des aides suivantes :

  • la prime énergie TotalEnergies ;
  • le dispositif MaPrimeRénov’ ;
  • la TVA à taux réduit de 5,5 % ;
  • l’éco-prêt à taux zéro.

Une préconisation travaux + un devis

Votre projet débute maintenant.

C'est parti flèche droite
flèche droite