Le prix de l’électricité a augmenté de 50% en 10 ans

Ce lundi 1er février, les tarifs réglementés de l’électricité ont une nouvelle fois augmenté. La hausse intervenue, qui concerne directement les abonnés EDF au tarif Bleu, est d’1,6 %. S’ils sont libres de suivre ou non l’évolution des prix réglementés, plusieurs fournisseurs alternatifs indexent leurs prix en fonction du tarif réglementé.
La rédaction de l'Energie Tout Compris

Augmentation du prix de l'électricité

A partir de ce mois de février, les coûts liés à votre consommation électrique vont s’alourdir. Une hausse des tarifs réglementés de l’électricité est intervenue. C’est la quatrième d’affilée depuis 2019, avec une hausse cumulée de plus de 11% sur deux ans.

Si l’on considère l’évolution des prix de l’énergie électrique sur les dix dernières années, la hausse globale est de 50 % !

Simulez

votre prime énergie

Réalisez votre diagnostic énergétique et
découvrez toutes nos préconisations de travaux.

Je simule ma prime

Une hausse de 1,6 % intervenue au 1er février

Les prix réglementés de l’électricité sont établis par la Commission de régulation de l’énergie (la CRE), qui doit légalement calculer les tarifs de l’électricité en considérant une grande diversité de facteurs. C’est elle qui établit chacune des hausses. Elles s’appliquent directement aux clients d’EDF, qui ont souscrit au tarif Bleu. Cependant, les fournisseurs alternatifs, libres de fixer un prix inférieur à celui d’EDF, adaptent le plus souvent leurs tarifs en fonction de l’évolution des décisions prises par la CRE.

La hausse du 1er février est de 1,6 %. Ce qui, selon la CRE, devrait représenter une augmentation d’une quinzaine d’euros par an, en moyenne, sur la facture des ménages.

Pourquoi une nouvelle hausse est-elle intervenue ?

Cette hausse serait, selon la Commission, une des conséquences de la crise sanitaire.

Les mesures prises pour enrayer l’épidémie ont eu pour conséquence la perturbation des opérations de maintenance du parc nucléaire. Les retards pris, avec un nombre moindre de centrales disponibles à la fin de l’année, ont suscité des craintes relatives à l’offre et la demande. Le prix du mécanisme de capacité – un dispositif qui oblige à conserver des capacités d’approvisionnement pour se prémunir de coupure – ont alors augmenté.

Selon le directeur général de la CRE, cet effet pèse considérablement dans la hausse du tarif, à hauteur de 1,5 %.

Une hausse qui invite aux économies d’énergie

Les prix de l’électricité suivent donc une tendance à la hausse depuis plusieurs années. Cette hausse peut peser considérablement sur les budgets des ménages qui se chauffent à l’électricité.

Cette évolution des prix doit inviter les ménages à envisager des solutions pour économiser de l’énergie. Aujourd’hui, des solutions existent pour réduire les besoins en chauffage, à commencer par une bonne isolation des combles, des murs ou même des sols.

Au-delà, le recours à une pompe à chaleur permet aussi de satisfaire des besoins en chauffage avec seulement un faible apport en électricité. Ces installations vont aller puiser de l’énergie présente dans l’environnement proche de l’habitation, dans l’air ou dans le sol, pour la restituer sous forme de chaleur à l’intérieur de l’habitation.

Actuellement, des aides sont disponibles pour financer des travaux d’économie d’énergie.