Et si nous produisions de l’électricité grâce à l’eau salée ? L’idée est loin d’être impossible. Les premiers projets, se basant sur une réaction entre les eaux douces et salées, datent d’ailleurs des années 1950. Aujourd’hui, les recherches se poursuivent pour pouvoir exploiter un jour ce que l’on appelle l’énergie osmotique, ou énergie bleue. Des scientifiques français s’activent même pour trouver des solutions permettant l’exploitation de cette énergie sur le long terme. De quoi peut-être permettre à la France d’exploiter au mieux son vaste domaine océanique dans un avenir plus ou moins proche. Où en est-on de l’énergie osmotique ? Le point avec L’énergie tout compris.

Énergie osmotique : où en est-on ?

Qu’est-ce que l’énergie osmotique ?

L’énergie osmotique, ou énergie bleue, désigne l’énergie renouvelable produite et exploitable grâce à la différence de salinité entre deux eaux plus ou moins salées. Plus concrètement, c’est le cas entre de l’eau douce – celle d’un fleuve, par exemple – et l’eau de mer.

D’un point de vue technique, les deux liquides aux typologies différentes sont séparés par une membrane dite semi-perméable. Le procédé consiste à utiliser l’énergie produite par les molécules d’eau lorsqu’elles parviennent à franchir la membrane. Si le phénomène peut paraître anodin, en réalité, lors de la rencontre et du mélange des eaux douces et salées, l’énergie qui en résulte équivaut à une chute d’eau de 270 mètres.

De quoi donner des idées à la France, bénéficiant du deuxième plus important domaine océanique de la planète, mais qui sous-exploite encore trop les énergies renouvelables marines. À l’heure où l’hexagone va prochainement mettre en place sa toute première éolienne flottante, au large du Croisic, en Loire-Atlantique, se pencher sur l’exploitation de l’énergie bleue peut représenter un pari sur l’avenir. D’autant que des chercheurs français s’activent sur ce domaine.

Énergie osmotique : comment l’exploiter ?

Dans ces conditions, pour récolter l’énergie osmotique, ou énergie bleue, installer des centrales électriques à proximité des estuaires – les embouchures de fleuves où se mélangent les eaux fluviales et celles de la mer ou d’un océan – apparaît comme une solution fiable pour produire de l’électricité sur le long terme.

Selon les estimations, rapportées par France Inter, de Benjamin Rotenberg, physico-chimiste ayant réalisé une étude sur les membranes semi-perméables, « on pourrait produire avec tous les estuaires du monde environ 2 térawatts, soit deux tiers de la production électrique mondiale ». Plus concrètement, cela équivaut aussi à six fois la puissance que produisent toutes les centrales nucléaires de la terre !

Les chiffres laissent rêveur et représentent logiquement un objectif à atteindre. Pour autant, dans les faits, nous sommes encore loin de pouvoir produire de l’électricité en grande quantité tout cela grâce à l’eau salée de nos mers et océans. Mais des pistes sont étudiées et des projets en cours d’élaboration. Ils tendent à reproduire la fameuse membrane semi-perméable tout en pouvant récolter l’énergie osmotique créée. Autre piste creusée par Benjamin Rotenberg et son équipe de chercheurs du CNRS, de la Sorbonne et de l’Université Toulouse III – Paul Sabatier : des condensateurs permettant le stockage et la restitution de l’énergie bleue, couplés à une possibilité de dessaler l’eau de mer. Des procédés qui ne seront pas d’actualité avant plusieurs années.

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème