La France continue ses actions en faveur de la transition écologique. Pour 2019, quel bilan peut-on dresser ?

Marcheteau

La France continue ses actions en faveur d’un monde plus vert. Elle occupe cette année la 8e place d’un classement sur la transition écologique composé de 115 pays. Notre pays est sur la bonne voie mais est-ce suffisant ? Décryptage.

Transition énergétique

La pression populaire pousse les gouvernements des quatre coins du monde à apporter davantage de solutions pour lutter contre le réchauffement climatique. En France, selon une récente étude, près de 9 Français sur 10 sont prêts à s’engager personnellement pour la transition écologique. Un engagement populaire qui s’est traduit, cette année encore, par plusieurs manifestations pour le climat.

De nouvelles actions écologiques

Au niveau des décideurs politiques, l’enjeu reste de respecter les engagements pris à Paris, en 2015, lors de la COP21, et même d’aller plus loin. Pour y parvenir, en novembre dernier, la France s’est engagée à mettre en place de nouvelles actions écologiques :

  • mettre hors service 4 à 6 réacteurs nucléaires entre 2025 et 2030 ;
  • fermer 4 centrales à charbon d’ici 2022 ;
  • augmenter la taxe carbone en fonction des prix des carburants ;
  • augmenter la prime à la conversion automobile ;
  • instaurer une prime à la conversion des chaudières au fioul dans le but de supprimer le fioul d’ici 10 ans ;
  • financer à 100% des audits énergétiques pour les ménages modestes propriétaires de logements classés F ou G à partir de 2020.

Mais est-ce que tout cela est suffisant ?

La France 8e en matière de transition énergétique

En mars dernier, le Forum économique mondial dévoilait son index de transition énergétique 2019. Celui-ci dresse un classement de 115 pays. La France, comme l’année précédente, se trouve dans un top 10 (8e) toujours dominé par la Suède, la Suisse et la Norvège. Le rapport évalue, entre autres, la qualité du mix énergétique, la structure des réseaux et les ressources de ces pays, rappelant l’importance de trouver des solutions personnalisées et adaptées à chaque situation.

Le Forum économique mondial a également alerté l’opinion public sur le fait que l’indice global établi à travers cet index n’avait jamais présenté une hausse aussi faible en cinq ans. En d’autres termes, la transition énergétique commence à stagner dans le monde. Le rapport justifie cette moindre performance par la hausse du prix des matières premières, la lenteur des améliorations en intensité énergétique des pays (quantité d’énergie dépensée/unité de PIB) et l’utilisation du charbon pour produire de l’énergie en Asie. Le Forum économique mondial pointe le manque d’efforts des pays les plus pollueurs dans ce classement : les Etats-Unis se placent 27es, reculant de deux places par rapport à l’année dernière, l’Inde en 76e position et la Chine en 82e.

Augmenter la part d’énergie renouvelable

Ce classement est basé sur deux critères : la performance du système énergétique et le degré de préparation à la transition énergétique. Si la France se classe 4e position sur le premier critère grâce à son mix énergétique basé en grande majorité sur le nucléaire et l’hydraulique, il n’arrive que 17e sur le second.

Cela révèle certaines difficultés rencontrées par la France à développer des projets d’énergie renouvelable. Pour pallier cela, le gouvernement promet la multiplication par trois du parc éolien terrestre et par cinq du parc photovoltaïque d’ici 2030. L’objectif étant d’augmenter la part d’énergie renouvelable dans le mix électrique français (20% aujourd’hui) et de diminuer le nucléaire à 50% en 2035 (72% actuellement).

Lutter contre le gaspillage énergétique

Il faudra donc encore consentir à d’énormes efforts pour atteindre les objectifs fixés. Parmi ceux-ci, il y aura la lutte contre le gaspillage énergétique. L’objectif fixé par la programmation pluriannuelle de l'énergie est de diminuer de 20% la consommation électrique d’ici 2030. Quelques éco-gestes permettront à chacun de participer à cette transition énergétique et à la création d’un monde plus vert.