Nombreux se posent certaines questions concernant les obligations liées à l’entretien d’une chaudière. Qui s’en occupe ? Le tarif ? À quel professionnel confier cette tâche ? Il est agréable de rallumer la chaudière, mais il faut également penser à l’entretenir. Dans le cas d’une location, il existe bel et bien des normes relatives à cette situation. Voici tout ce qu’il faut savoir sur la révision de la chaudière.

À qui revient la prise en charge de la chaudière ?

La loi exige que le propriétaire mette à la disposition du locataire des équipements de chauffage. Il s’occupe alors de leurs mises aux normes pour le bien-être des habitants. Si l’occupant d’un logement a son propre chauffage, il est normal qu’il soit le premier responsable de cet appareil. De ce fait, l’habitant est celui qui est en charge de l’entretien annuel de la chaudière.

Si suite à l’entretien annuel, quelques pièces de la chaudière doivent être remplacées, le remplacement revient donc également au locataire. Cependant, en cas de dégâts importants, il incombe au propriétaire de changer l’équipement de chauffage. Ce genre d’accord doit avoir été inscrit au préalable dans le contrat de bail.

À moins d’avoir les compétences nécessaires, le locataire ne peut pas effectuer lui-même l’entretien de la chaudière. De ce fait, il doit faire appel à un chauffagiste. Il est libre dans le choix du prestataire.

L’entretien d’une chaudière : c’est quoi ?

L’expert en charge de l’entretien a besoin d’environ une heure pour nettoyer, rassembler les composants et tester l’appareil de chauffage. Durant l’opération, il procède également à un examen des polluants atmosphériques.

Ce contrôle vise à allonger la durée de vie de votre équipement de chauffage. Il assure aussi la sécurité des habitants en évitant les incidents graves liés à l’intoxication au monoxyde de carbone. Ce gaz à la fois invisible et inodore provoque des nausées et des vertiges. L’inhalation prolongée de ce gaz peut même entraîner le décès.

Suite à l’entretien, le chauffagiste vous communique le taux de monoxyde de carbone dans son rapport. Si le taux est compris entre 10 et 50 ppm, il peut être conclu une anomalie de fonctionnement. Avec une teneur supérieure à 50 ppm, il y a par contre risque d’intoxication au monoxyde de carbone.

Bon à savoir

Il existe sur le marché différentes sortes de chaudière selon le type de combustible utilisé pour le faire fonctionner :

  • La chaudière au gaz a un bon rendement.
  • La chaudière au fioul dispose des dernières technologies, notamment la condensation et la basse température.
  • La chaudière au bois a comme atout son côté écologique et la variété de combustibles qu’on peut utiliser : bûche, granulé, plaquette...
  • La chaudière électrique diffuse efficacement et rapidement la chaleur dans votre logement.
  • La chaudière « mixte » permet l’utilisation de plusieurs combustibles, par exemple le bois et le fioul, le solaire et le gaz, etc.

En l’absence d’entretien annuel, il n’y a ni amende ni sanction. Par contre, le propriétaire retiendra le montant de la révision de la chaudière sur le dépôt de garantie.

En cas de sinistre, une chaudière mal entretenue n’est pas prise en compte par l’assurance.

Le devis de l’entretien de la chaudière dépend du modèle de l’équipement. Il comprend la main-d’œuvre, ainsi que le déplacement du professionnel.

Sur le même thème

Sur le même thème