Que risque-t-on si l’on ne procède pas au ramonage de sa cheminée ?

Faire régulièrement ramoner sa cheminée, comme la loi vous y oblige, permet d’éviter des risques d’incendie et de préserver la santé des personnes vivant sous votre toit. Au-delà, négliger cet entretien vous expose à des peines d’amende et à l’éventuel retrait de votre compagnie d’assurance en cas de sinistre.
La rédaction de l'Energie Tout Compris

Que risque-t-on si l’on ne procède pas au ramonage de sa cheminée ?

Faire régulièrement ramoner sa cheminée, comme la loi vous y oblige, permet d’éviter des risques d’incendie et de préserver la santé des personnes vivant sous votre toit. Au-delà, négliger cet entretien vous expose à des peines d’amende et à l’éventuel retrait de votre compagnie d’assurance en cas de sinistre.

Une cheminée doit être régulièrement entretenue. C’est même une obligation légale. Elle est fixée au niveau des collectivités territoriales et impose un à deux ramonages par an (dont un en période de chauffe), en fonction de la commune mais aussi de l’installation de chauffage, au bois, au fioul ou au gaz.

Au-delà de la contrainte légale, procéder à l’entretien régulier de sa cheminée permet de se prémunir de divers risques et contribue au bon fonctionnement de votre système de chauffage.

Ramoner sa cheminer pour éviter l’incendie

La première bonne raison de procéder au ramonage de sa cheminée a trait à la sécurité des personnes vivant dans votre logement. Le risque auquel on s’expose, en négligeant l’entretien des conduits d’évacuation des fumées, est celui de voir se déclarer un incendie.

Avec le temps, la cheminée va s’encrasser en raison de l’accumulation de suie et d’autres particules sur les parois. Ces éléments sont susceptibles de s’embraser au moment de l’allumage de la cheminée. Le feu peut alors se propager tout le long du conduit et au-delà. Un feu de cheminée peut rapidement conduire à des sinistres beaucoup plus importants.

Attention au risque d’intoxication

L’autre risque pour la santé des habitants tient au fait qu’une cheminée obstruée (par de la suie, des branchages ou un encore un nid d’oiseau) ne peut plus jouer son rôle d’évacuation des fumées. On s’expose alors au refoulement de fumées et de gaz toxiques au niveau des pièces de vie.

Ne pas ramoner sa cheminée vous expose à des amendes

Au-delà des enjeux de sécurité, oublier sciemment de ramoner sa cheminée vous expose à un risque d’amende. Pour en savoir plus sur vos obligations en la matière, la réglementation dépendant de chaque département, il faudra vous informer auprès de votre mairie ou de la préfecture. Précisons toutefois que le simple défaut de ramonage peut être sanctionné d’une amende maximale de 450 euros.

Faire procéder au ramonage de sa cheminée coûte entre 40 et 80 euros, en fonction du professionnel auquel vous vous adressez ainsi que du type d’installation de chauffage.

Risque de réduction des indemnités en cas de sinistre

Le risque financier associé à l’amende peut toutefois sembler minime par rapport à celui encouru en cas de sinistre. En effet, ne pas respecter la loi en la matière engage la responsabilité de l’occupant du logement. En cas d’incendie, le propriétaire occupant ou le locataire qui n’est pas en mesure de fournir un certificat de ramonage (délivré par le professionnel effectuant l’opération) à sa compagnie d’assurance, peut voir son indemnité réduite ou, dans le pire des cas, refusée. 

Il est donc important de procéder à un ramonage régulier, si vous ne souhaitez pas devoir supporter seul la totalité du sinistre.

Enfin, précisons qu’au-delà de la responsabilité financière, la responsabilité morale de l’occupant peut être engagée. Ce dernier peut être poursuivi légalement si un sinistre fait des blessés ou des victimes.