Immobilier neuf, la révolution verte : isolation, matériaux et normes

Un des objectifs de la nouvelle réglementation environnementale (RE2020) est de réduire l’impact carbone de la construction des bâtiments. Pour y parvenir, l’État encourage le recours à des modes constructifs émettant peu de gaz à effet de serre (GES). Comment construire dans une démarche bas carbone ? Quels sont les matériaux de construction naturels ?
La rédaction de l'Energie Tout Compris

Immobilier neuf, la révolution verte

Le bois est un matériau naturel et renouvelable encore peu utilisé en structure (gros œuvre). En France, seule une maison individuelle sur 10 est une maison à ossature bois. Pourtant, le bois a bien des atouts dans le bâtiment :

Pourquoi utiliser le bois dans l'éco-construction ?

Le bois présente de nombreux avantages :

  • Capacité à réduire l’empreinte carbone de la construction de 25 % ;
  • Propriétés de durabilité, solidité et résistance reconnues ;
  • Territoire français recouvert à 30 % de forêts ;
  • Faible conductivité thermique. Le béton transmet 10 fois plus vite la chaleur que le bois et l’acier 250 fois plus vite ;
  • Réalisation de bâtiments souples, modulables et légers ;
  • Matériau noble, chaleureux et esthétique.

Bon à savoir : Quels sont les grands objectifs de la RE2020 ?

La nouvelle réglementation environnementale entre en vigueur à compter du 1er janvier 2022. Elle entend généraliser les bâtiments à énergie positive (BEPOS). Les nouvelles constructions devront avoir une production d’énergie supérieure à leur consommation. Pour ce faire, leurs performances énergétiques seront renforcées et le recours aux énergies renouvelables accentué.

Quels sont les matériaux biosourcés ?

Pour atteindre l’objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050, l’État soutient l’utilisation de matériaux biosourcés. Partiellement ou totalement issus de la matière organique renouvelable (biomasse), ils disposent d’applications multiples dans la construction : structure, aménagement, enveloppe, isolation, toiture, enduit, béton, mortier, peinture, colle, etc.

Ils peuvent avoir une origine :

  • animale (laine de mouton, plume de canard, etc.) ;
  • végétale (chanvre, liège, lin, bois, roseau, paille, miscanthus, etc.).

Les matériaux de construction biosourcés satisfont les exigences du Code de la construction et de l’habitation. Ils combinent maîtrise de l’impact environnemental, stockage de carbone, développement économique des territoires et préservation des ressources naturelles. Certains matériaux biosourcés sont issus de filières de réemploi, recyclage ou revalorisation des déchets. Parmi eux, la ouate de cellulose, le bois de palette, le carton, les textiles, etc.

Simulez

votre prime énergie

Je simule ma prime

Bon à savoir : Les matériaux géosourcés reviennent sur le devant de la scène

Matériaux de construction ancestraux, la terre crue et la pierre sèche font leur grand retour dans le bâtiment. Issus de ressources d’origine minérale, les matériaux géosourcés séduisent par leur approvisionnement local et leur participation à la sobriété énergétique. Tout comme les matériaux biosourcés, ils contribuent à l’amélioration du confort et de la qualité de l’air intérieure.

Comment isoler sa maison naturellement ?

En plus d’être naturels et durables, les matériaux écologiques offrent d’excellentes performances thermiques. Ils permettent de :

  • Favoriser le confort en hiver et en été ;
  • Garantir une bonne régulation de l’hygrométrie, mesure du taux d'humidité de l'air ;
  • Renforcer l’insonorisation des bâtiments ;
  • Offrir une sensation de bien-être aux occupants à travers leur dimension esthétique et la biophilie (l’amour du vivant).

L’isolation durable et saine des murs, planchers, combles, permet de réduire la facture énergétique tout en évitant l’émission de composés organiques volatils (COV) dans l’air intérieur. Il s'agit d'hydrocarbures se propageant dans l'air intérieur. Considérés comme des gaz à effet de serre, ils se dégagent notamment des peintures s'évaporant des solvants. La laine de mouton, la laine de bois, la ouate de cellulose, la botte de paille et le liège font partie des isolants écologiques les plus utilisés en construction.

Bon à savoir : Dans le neuf, la végétalisation des bâtiments urbains a le vent en poupe

Grâce à leurs performances thermiques et acoustiques, les toitures, façades et murs végétalisés permettent aux occupants de réaliser de belles économies d’énergie et de bénéficier de multiples avantages, écologiques, esthétiques et sociaux. En ville, les toitures-terrasses peuvent être transformées en jardins partagés ou fermes urbaines. Leurs objectifs ? Participer au maintien de la biodiversité et s’adapter au réchauffement climatique.