Chaudière gaz à condensation : comment ça marche ?

Le principe de fonctionnement de la chaudière gaz à condensation présente de nombreux avantages pour les utilisateurs. En effet, cette solution est simple d’utilisation, consomme moins de combustible qu’une chaudière standard et offre un rendement souvent supérieur 100 %.

Chaudière gaz à condensation : comment ça marche ?

Le fonctionnement de la chaudière gaz à condensation

Le fonctionnement de la chaudière gaz à condensation reprend le même principe qu’une chaudière traditionnelle et permet en plus de tirer profit de toute l’énergie produite lors de la combustion du gaz. Dans une chaudière classique, le circuit d’eau du chauffage central est réchauffé grâce à la combustion du gaz naturel. La chaudière gaz à condensation tire profit de l’énergie contenue dans les fumées de combustion. Les fumées émises lors de la combustion du gaz naturel contiennent de la vapeur d’eau. Cette dernière condense, en libérant de la chaleur. L’eau de retour du circuit de chauffage se réchauffe grâce à cette énergie. L’évacuation de l’eau libérée lors de la condensation (les condensats) se fait par le réseau des eaux usées.

La chaudière gaz à condensation peut être utilisée dans de nombreux cas

Qu’elle soit fixée au sol ou murale, une chaudière gaz à condensation peut être raccordée à toutes les installations de chauffage à eau chaude. Pour une maison dotée d’un sous-sol ou d’un garage, la chaudière au sol est tout indiquée. La chaudière murale est elle, particulièrement compacte et présente l’avantage de libérer la surface au sol. Pouvant être équipée d’un ballon d’eau chaude, la chaudière gaz à condensation est généralement alimentée par le réseau de gaz de ville, mais peut l’être également par le biais d’une citerne. La chaudière colonne se pose sur le ballon, elle n’est pas encombrante et plutôt esthétique. Enfin, les chaudières gaz à condensation de dernière génération offrent un fonctionnement discret, comparable au bruit d’un lave-vaisselle dernière génération, ce qui lui permet d’être installée dans les pièces habitables. Si vous souhaitez savoir si cette solution est adaptée aux caractéristiques de votre logement, nous vous invitons à consulter notre simulateur d’économies d’énergie.

Comment optimiser le rendement de sa chaudière gaz à condensation ?

Selon les données de l’Ademe, le fonctionnement d’une chaudière gaz à condensation est plus économique que celui d’une chaudière classique. Elle consomme 15 à 20 % de combustible en moins que les chaudières standards. Pour optimiser ce rendement, il faut vous assurer que le matériau du conduit de fumées résiste à l’acidité des condensats évacués. Il convient également d’éviter de la brancher sur des radiateurs haute température, sauf s’ils sont assez grands pour fonctionner en mode chaleur douce. Les performances sont accrues avec un système de chauffage à basse température. L’idéal est de disposer de radiateurs et/ou de planchers chauffants à chaleur douce, c’est-à-dire avec de l’eau dont la température est comprise entre 45 et 55°C. En effet, plus la température de l’eau de retour est faible, plus le rendement de votre chaudière gaz à condensation est optimal.

Jusqu’à 110 % de taux de rendement pour les chaudières gaz à condensation

Une chaudière gaz à condensation branchée sur un système de chauffage à basse température peut atteindre un taux de rendement de 110 %, c'est-à-dire qu’elle restitue plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Vos factures énergétiques s’en trouvent automatiquement réduites. Cette performance est due à l’utilisation maximale de toute l’énergie contenue dans la combustion du gaz naturel au travers de la condensation. Un autre avantage lié au fonctionnement de la chaudière gaz à condensation : elle produit des fumées à des températures moins élevées que les systèmes traditionnels (environ 50°C au lieu de 200°C), ce qui réduit les effets polluants.

 

En savoir plus - Comment fonctionne l’évacuation des fumées ?

Pendant la combustion, la chaudière gaz à condensation produit des fumées basse température qu’il faut évacuer. Si votre logement possède déjà un conduit de fumée, celui-ci doit être vérifié par un professionnel, qui va le tuber (doubler). Ceci le protègera de l’humidité générée par la condensation ainsi que de l’acidité des condensats évacués. Un système de ventouse (horizontale, vertical, ou dissociée) peut également être mis en place. Ce système d’évacuation pompe l’air nécessaire à la chaudière gaz à condensation, directement à l’extérieur. Son avantage est qu’il permet de placer la chaudière dans un espace non ventilé et d’améliorer la sécurité de l’installation.