Le puit canadien, autrement appelé échangeur air-sol, est un système géothermique qui permet de chauffer ou de refroidir son habitation, selon la saison. Il s’agit d’un dispositif à la fois écologique et économique.

Parmi les systèmes qui permettent de mieux réguler la température d’une habitation, le puits canadien est en effet l’un des plus économes.

Utiliser l’inertie du sol pour chauffer ou refroidir son habitation

Si ce dispositif est peu coûteux, c’est parce qu’il utilise l’inertie du sol pour chauffer ou refroidir l’intérieur de la maison, sans recourir à une source d’énergie supplémentaire.

L’échangeur air-sol, l’autre nom du puits canadien, va exploiter la température du sol pour alimenter l’habitation en air chaud ou froid, selon la saison. Avant d’être distribué dans les pièces de vie, l’air va préalablement circuler dans un conduit enterré, à une profondeur située entre 1 et 5 mètres.

En été, la température du sol est souvent plus fraîche que celle de l’air ambiant. L’air qui circule dans le conduit, automatiquement, sera refroidi. En hiver, à l’inverse, la température du sol est généralement supérieure à celle de l’air. A travers le puits canadien, l’air qui est destiné à être insufflé dans l’habitation va donc se charger en calories.

Quels sont les éléments qui composent le puits canadien ?

Un puits canadien est composé de plusieurs éléments :

  • Une borne de prise d’air qui capte l’air en provenance du milieu environnant.
  • Des conduits externes enterrés qui acheminent cet air vers le sous-sol.
  • Un by-pass, autrement dit un système de contrôle du flux d’air permettant d’orienter la circulation du flux d’air, en fonction des besoins.
  • Un système de ventilation pour diffuser l’air dans l’habitation.

Le puits canadien permet de réguler la température naturellement

Un puits canadien n’est pas un dispositif de chauffage ou de climatisation, mais davantage un système qui permet de mieux réguler la température. Plus les écarts de température entre l’air et le sol seront importants, plus l’effet du puits canadien sera grand.

Le rendement d’un échangeur air-sol dépend de plusieurs facteurs, notamment de la nature du sous-sol et plus particulièrement de sa conductivité thermique, de la dimension du conduit et du débit d’air qui peut s’y engouffrer, de la profondeur de l’enfouissement du conduit, etc.

Réduire les apports nécessaires en énergie grâce au puits canadien

L’échangeur air-sol est un dispositif écologique par excellence, qui s’appuie sur les éléments naturels. Il n’a en effet pas besoin d’apports en énergie, comme c’est le cas avec une pompe à chaleur, par exemple. Un puits canadien, aussi appelé puits provençal, permet de réaliser de belles économies d’énergie. En été, l’air rafraichi qu’il apporte permet d’éviter de recourir à des climatiseurs énergivores. En hiver, en permettant d’élever la température ambiante de quelques degrés, on sollicite beaucoup moins le système de chauffage traditionnel.

Cependant, le rendement d’un puits canadien est encore souvent difficile à évaluer, compte tenu des facteurs extérieurs qui entrent en ligne de compte. On peut cependant préciser que la performance d’un tel système sera plus appréciable dans une maison correctement isolée, qui limite les déperditions de chaleur.

Sur le même thème

Sur le même thème