Les propriétaires qui procèdent à d’importants travaux de rénovation sont désormais obligés d’isoler. Mais quel dispositif isolant est-on contraint de mettre en œuvre dans le cadre de ces travaux embarqués ?

Isolation thermique

Depuis le début de l’année 2017, une nouvelle obligation a été instaurée pour renforcer la performance énergétique du parc de logements français. Chaque propriétaire qui procède à des travaux importants est désormais contraint de procéder à l’isolation thermique du bâtiment, en vue de réduire les déperditions d’énergie.

Quand l’obligation d’isoler s’applique-t-elle ?

L’obligation de réaliser ces travaux dits « embarqués » s’applique pour toute rénovation importante des parois extérieures du bâtiment, qu’il s’agisse de la façade ou de la toiture.

Le décret adopté, visant à la réduction du nombre de « passoires thermiques » encore recensées en France, précise que ces travaux sont obligatoires dans trois cas de figure :

  • lors d’un ravalement de façade, autrement dit lors de la réfection ou du remplacement de l’enduit recouvrant la façade ou lors de l’installation d’un nouveau parement sur au moins 50% de la façade ;
  • lors d’une rénovation importante de la toiture, concernant 50% ou plus de la couverture du logement ;
  • lors de la transformation et de l’aménagement de tout local de plus de 5m2 en pièce habitable.

Cette obligation d’isoler les murs ou encore la toiture concerne tout le monde. Cependant, il existe plusieurs dérogations. Par exemple, ceux qui peuvent faire valoir un enjeu de préservation du patrimoine ou encore des raisons financières peuvent être exemptés de l’obligation de mener ces travaux. 

Isolation et travaux embarqués : quels sont les niveaux de performance à atteindre?

Le niveau de résistance thermique à atteindre au niveau de l’isolation dans le cadre de ces travaux embarqués dépend de la nature de ceux-ci.

Pour un ravalement de façade, l’isolation installée doit conduire à une performance thermique conforme à la réglementation thermique dite « élément par élément ». Cette réglementation renseigne les performances thermiques à atteindre en fonction des parois extérieures du logement qui sont rénovées. Les niveaux de résistance thermique à atteindre vont varier en fonction de l’élément à isoler, mais aussi de la zone géographique dans laquelle se trouver le logement.

Quel niveau de résistance thermique faut-il atteindre lors de travaux embarqués?

Pour des murs en contact avec l'extérieur et des rampants de toitures de pente supérieure à 60°, la résistance thermique à atteindre au moyen d’un isolant sera généralement de R>2,9 (ou R>2,2 pour un logement situé en zone H3 à une altitude inférieure à 800m).

Pour une toiture-terrasse, il faudra atteindre une résistance thermique supérieure à 3,3.

Au niveau des rampants de toiture de pente inférieure 60°, la résistance thermique devra être supérieure à 2,7 (ou 2,1 pour un logement situé en zone H3 à une altitude inférieure à 800m).

Des aides à la rénovation énergétique pour l’isolation de votre façade et de votre toiture

Il existe des aides à la rénovation énergétique, comme la prime énergie ou le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE). Elles supportent financièrement la réalisation de vos travaux d’isolation. Elles sont accessibles même dans le cadre de travaux embarqués. Elles vous permettent donc d’isoler en limitant votre investissement et de profiter de réelles économies d’énergie.

Pour en bénéficier, il faudra de toute manière que l’installation permette d’atteindre, au minimum, les performances décrites dans la réglementation thermique. Les travaux devront aussi être réalisés par un professionnel labellisé RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Accédez aux aides à la rénovation énergétique via notre site L’énergie tout compris grâce à notre « Simulateur Primes Energie ».

Sur le même thème

Sur le même thème