Transition énergétique : l’Allemagne sort du nucléaire

Marcheteau

Après la catastrophe nucléaire qui a frappé Fukushima en 2011, l’Allemagne a pris la décision de se retirer, progressivement mais définitivement, du nucléaire. Ce « tournant énergétique » (Energiewende en version originale) s’accompagne d’une réduction des émissions de CO2 et d’une hausse de l’exploitation des énergies renouvelables. Le point sur les effets de cette transition énergétique, 5 ans après.

Calculez vos économies d'énergie

La transition énergétique en Allemagne sur de bons rails 

Le recours aux énergies renouvelables pour suppléer les énergies fossiles est une problématique qui se pose à échelle internationale. Si l’avenir de la planète est en jeu, chaque pays doit aussi fournir l’énergie nécessaire à ses habitants, dont la consommation augmente de plus en plus.

En Allemagne, la transition énergétique a pris un virage radical en 2011, à la suite de la catastrophe nucléaire qui a endeuillé le Japon. Par respect pour l’environnement et pour l’homme, le pays a en effet décidé de mettre un terme à l’usage du nucléaire et de fermer ses centrales progressivement. En plus de sa volonté d’abandonner totalement cette source d’énergie, le pays s’est fixé deux objectifs :

  • réduire ses émissions de CO2 de 40 % en 2020 par rapport aux chiffres relevés en 1990 ;
  • augmenter graduellement la part d’énergies renouvelables utilisées pour produire de l’électricité, pour atteindre le chiffre de 80 % en 2050.

En 2014, les énergies renouvelables représentaient déjà 25,8 % de la production d’énergie en Allemagne, soit une hausse de plus de 10 points par rapport aux chiffres nationaux de 2009. Le constat est moins positif pour le bilan carbone qui reste à améliorer. La raison : l’usage du lignite et du charbon dans la production d’électricité, qui a légèrement augmenté depuis 5 ans afin de compenser la sortie du nucléaire de l’Allemagne et profitant de la baisse du prix du charbon.

Le charbon, principal « obstacle » à surmonter

Avec quelques états américains, l’Allemagne est le seul pays du monde de cette envergure à avoir pris autant de résolutions –et à les respecter- en matière d’énergie. Le pays est actuellement à mi-chemin concernant ses objectifs à atteindre et l’avenir s’annonce plutôt encourageant.

L’arrêt du nucléaire en Allemagne est désormais acté et permet de développer les énergies renouvelables, les moyens de stockage, le recours à l’efficacité énergétique et une consommation plus responsable de la part des particuliers.

L’objectif à présent consiste à réduire l’usage du charbon, choisi comme « palliatif compensatoire pragmatique » pour remplacer le nucléaire et compléter les énergies renouvelables. L’évolution des moyens de transports, des industries et leur passage aux énergies vertes est également un tournant majeur à négocier.

Forte de ses ambitions et des moyens mis en œuvre pour mener à bien sa transition énergétique, l’Allemagne est devenue pendant ces 5 dernières années un laboratoire d’expérimentation, qui pourrait inspirer la France dans ses démarches.

Pour aller plus loin :