Proposé en remplacement des tarifs sociaux de gaz et d’électricité, le chèque énergie constitue une solution idéale pour les ménages modestes. Il leur facilite le paiement des dépenses engendrées par la consommation d’énergie. Toutefois, pour en profiter, certains critères s’imposent. Ci-après les détails sur le chèque énergie.

chèque énergie ?

Chèque énergie : les principaux avantages

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un chèque dédié au paiement de diverses factures liées à la consommation d’énergie. Il concerne surtout l’électricité, le système de chauffage, le gaz naturel, le pétrole liquéfié, le fioul domestique, le bois ainsi que la biomasse. Avec ce chèque, les particuliers auront également la possibilité de régler leurs dépenses en rénovation énergétique, notamment celles liées au crédit d’impôt pour la transition. Il s’agit, entre autres, d’achat d’une pompe à chaleur, de travaux de remplacement de fenêtre ou d’installation d’équipements de chauffage. Enfin, le chèque énergie se présente comme un moyen permettant de payer la redevance en logement foyer.

L’usager peut s’en servir quotidiennement pour allouer ses frais d’énergie auprès d’un prestataire ou d’un gestionnaire d’un logement foyer. Le paiement peut s’effectuer par e-mail, par voie postale ou en main propre. Dans le cas du paiement d’une facture d’électricité ou de gaz, le chèque énergie est aussi utilisable depuis le site du ministère de la Transition écologique. Le débiteur doit, à cet effet, présenter son numéro de chèque ainsi que les références du contrat de fourniture énergétique.

Les ménages aux revenus modestes comme bénéficiaires

Étant donné que le chèque énergie se substitue aux tarifs sociaux, il s’adresse particulièrement aux ménages ayant un revenu fiscal de référence en dessous de 10700 euros par unité de consommation. On notera à ce sujet qu’une personne équivaut à une unité de consommation, la deuxième à 0,5 et qu’un individu supplémentaire à 0,3 de cette valeur. Ce critère détermine également le montant du chèque énergie versé à chaque ménage.

Prenons, à titre d’exemple, le cas d’un foyer dont la valeur en unité de consommation se trouve entre 1 et 2 et dont le revenu fiscal de référence est de 5600 euros par UC. Celui-ci recevra un chèque d’une valeur de 240 euros. Les individus et ménages qui répondent à cette condition d’éligibilité figurent sur une liste dressée par l’administration fiscale. Cette dernière transmettra son fichier à l’Agence de services de paiement qui se charge ensuite de la distribution des chèques.

Le mode de réception du chèque énergie

Livré en main ou par courrier électronique, le chèque énergie est envoyé au nom du bénéficiaire lui-même. Pour les locataires d’un logement-foyer, il est remis au gestionnaire de la résidence qui déduira la somme correspondante à la redevance. L’envoi et la réception du chèque dépendent toutefois du département auquel est rattaché le bénéficiaire. Par exemple, ceux qui se trouvent en Normandie et dans les Hauts-de-France ont reçu leurs chèques énergie fin mars 2018 alors que ceux de la Provence et de la Côte d’Azur ont reçu les leurs vers la fin avril de la même année. La validité d’un chèque énergie dure environ un an. Pour un chèque énergie reçu en 2018, l’utilisation peut donc durer jusqu’au 31 mars 2019. Par ailleurs, cette date de validité est inscrite sur le chèque même.

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème

Sur le même thème