MaPrimeRénov’ : quels sont les grands changements à venir ?

Le ministre du Logement, Olivier Klein, a défendu mardi 20 septembre le dispositif MaPrimeRénov’, qui permet aux ménages effectuant des travaux de rénovation énergétique de bénéficier d’une aide financière. Il souhaite cependant aller plus loin et favoriser les rénovations globales.
La rédaction de l'Energie Tout Compris
les nouveautés de MaPrimeRenov pour 2023
Prime pour réaliser des travaux de rénovation énergétique 

Pour inciter les ménages à se lancer des travaux de rénovation énergétique, l’État a mis en place différents dispositifs. En particulier MaPrimeRénov’, qui permet de recevoir une prime plutôt que de bénéficier d’un crédit d’impôt, comme c’était le cas auparavant. Depuis sa création, le dispositif s’est élargi à tous les foyers, quels que soient leurs revenus, et à tous les propriétaires, qu’ils soient occupants ou bailleurs.

Le budget de MaPrimeRénov’devrait être augmenté en 2023

Lancé en 2020 pour remplacer le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) et les aides de l’Anah (Agence nationale de l’habitat), MaPrimeRénov’ est aujourd’hui le dispositif phare du Gouvernement en matière d’aide à la rénovation énergétique des ménages. Cette prime est reconduite en 2023 et devrait bénéficier d’un coup de pouce, faisant passer son enveloppe de 2 à 2,6 milliards d’euros en 2023. C’est ce que devrait annoncer le Gouvernement, lundi, dans son projet de loi de finances 2023. Une façon de montrer l’intérêt de MaPrimeRénov’ en matière de rénovation énergétique.

À lire aussi : Prix de l’énergie, chèque énergie, bouclier tarifaire… les annonces du Gouvernement

Comment aller plus loin dans la rénovation énergétique ?

Olivier Klein, ministre du Logement, a rappelé qu’en tout, 1,5 million de projets avaient été accompagnés dans le cadre de MaPrimeRénov’ et que les économies d’énergie permises par les opérations financées par ce dispositif représentent la consommation de la ville de Lyon.

amélioration performance énergétique d'un logement
Toit de maison ayant des panneaux photovoltaïques améliorant sa performance énergétique

Pourtant, selon la Cour des Comptes, en 2021, seuls 2 500 logements ont amélioré leur performance énergétique, quand l’objectif était de rénover 80 000 passoires thermiques (c’est-à-dire les logements classés F et G au DPE). Pour rendre les rénovations plus performantes, Olivier Klein a reconnu qu’il fallait massifier les rénovations globales, plus efficaces que les gestes de rénovation (tels que le remplacement des fenêtres, l’isolation du toit, l’installation d’un poêle à granulés, etc.).

Les pistes pour rendre MaPrimeRénov’ plus efficace

Au-delà de l’augmentation de l’enveloppe consacrée à MaPrimeRénov’, plusieurs pistes sont sur la table pour améliorer l’efficacité du dispositif :

  • orienter le dispositif sur des rénovations globales et moins sur des petits gestes ;
  • mieux cibler les aides sur les ménages les plus précaires ;
  • rendre obligatoire la supervision des travaux par un accompagnateur Rénov’ ;
  • ouvrir MaPrimeRénov’ aux bâtiments publics.

Ces différents aménagements constituent des éléments de réponse à la crise énergétique actuelle.

À lire aussi : MaPrimeRénov’ : les nouveaux barèmes d’aides pour le chauffage publiés