Interdiction des chaudières au fioul : tout ce qu’il faut savoir

À partir de 2022, il sera interdit d’installer des chaudières au fioul dans des logements neufs. En cas de remplacement d’une ancienne chaudière au fioul, il faudra aussi opter pour un autre type d’installation, plus performant et plus écologique.
La rédaction de l'Energie Tout Compris

Interdiction chaudière fioulA la suite du dernier Conseil de défense écologique, plusieurs nouvelles mesures visant à relever le défi climatique ont été annoncées. Parmi elles, l’interdiction d’installer une chaudière au fioul dans un logement neuf à partir de 2022 a suscité de nombreuses réactions et beaucoup de questions.

La volonté de mettre fin aux chaudières au fioul n’est pas neuve

Depuis un certain moment, l’État avait fait part de sa volonté de mettre fin aux chaudières au fioul d’ici dix ans. Nous savions donc les heures de ces installations fonctionnant avec des énergies fossiles les plus polluantes comptées. On constate aujourd’hui que le gouvernement, dans sa volonté d’accélérer la transition énergétique, a considérablement réduit le délai. 

Quelle est la décision prise lors du Conseil de défense écologique ?

La décision est d’interdire toute nouvelle installation d’une chaudière au fioul ou au charbon à partir du 1er janvier 2022, aussi bien dans le contexte de la création d’un nouveau logement que lors du remplacement d’une ancienne chaudière.

Au-delà de 2022, pourra-t-on faire réparer sa chaudière au fioul ?

A la suite de l’annonce, une certaine confusion a régné autour de la possibilité de faire réparer ou non sa chaudière au fioul une fois que celle-ci tombe en panne. Lors d’une première allocution, il a été dit qu’une chaudière au fioul devrait être remplacée si elle tombait en panne.

La ministre en charge la transition écologique a apporté des éclaircissements sur ce point. Si un particulier fait face à une panne passée l’année 2022, il ne sera pas tenu de procéder à un remplacement de sa chaudière au fioul dans la mesure où celle-ci peut être réparée.

Par contre, si la panne implique un remplacement, il devra opter pour un modèle fonctionnant avec une autre source d’énergie que le fioul.

Dans la loi, comment se traduira cette mesure ?

Au niveau du texte de loi, il ne s’agira pas de pointer explicitement un type d’appareil ou un autre, mais de limiter des seuils d’émissions de CO2 de l’ensemble des installations de chauffage que chacun pourra installer. La mesure devrait donc exclure les chaudières au fioul dans la mesure où le seuil d’émission de ces installations sera supérieur à celui autorisé.

Qui est concerné par cette mesure ?

Selon l’Insee, plus de quatre millions de foyers français se chauffent au fioul. A moyen terme, ces ménages seront amenés à opter pour une autre énergie de chauffage. On estime en effet que la durée de vie d’une chaudière au fioul s’établit entre 15 et 25 ans.

Quelles sont les alternatives au chauffage au fioul ?

A la chaudière au fioul, il est aujourd’hui possible de privilégier des installations fonctionnant au bois, comme la chaudière à granulés, ou encore la pompe à chaleur. Le gouvernement entend soutenir ces installations considérées comme moins polluantes.

Des aides renforcées pour accompagner la transition

Afin de permettre aux ménages d’opter pour des systèmes de chauffage alternatifs, parfois plus coûteux, les aides à la rénovation énergétique seront renforcées, notamment pour soutenir les plus modestes.

Le budget alloué à MaPrimeRénov' va être augmenté de deux milliards d’euros au cours des deux prochaines années.

Il existe déjà d’autres aides permettant de remplacer son ancien système de chauffage par une installation plus performante à moindre coût. De cette manière, il est dès à présent possible de réaliser des économies d’énergie sur le long terme.

Nous avons rassemblé ces aides à travers notre programme Mon Energie Tout Compris.