L’Anah a pour mission, depuis 50 ans, d’améliorer le parc existant de logements privés, en distribuant des aides aux propriétaires pour leurs travaux et en accompagnant les collectivités dans la conduite de leur politique de l’habitat.

 

Une augmentation de budget pour l’Anah

Parmi les nouveautés 2024, l’Anah va bénéficier d’une augmentation de budget de 50 % par rapport à 2023 : celui-ci va s’élever à 6 milliards d’euros, dont 5 milliards pour la rénovation énergétique. Cette décision devrait permettre d’atteindre l’objectif du Gouvernement, à savoir 200 000 rénovations d’ampleur (c’est-à-dire multi-gestes) avec recours à Mon Accompagnateur Rénov’ (Mac) en 2024.

Réaliser des travaux de rénovation énergétique avec l'Anah

Dans ces 200 000 rénovations, 80 000 d’entre elles devraient concerner des logements en copropriété, grâce à une hausse de MaPrimeRénov’ Copropriété.

Enfin, le Gouvernement vise la réalisation de 500 000 mono-gestes de rénovation en 2024, en particulier le remplacement de systèmes de chauffage carbonés (comme une chaudière au gaz ou au fioul) par un système de chauffage décarboné (comme une pompe à chaleur).

À lire aussi : Les aides pour les pompes à chaleur seront revalorisées en 2024.

Mono-gestes de rénovation : un sursis pour les passoires thermiques

Les propriétaires de passoires thermiques, c’est-à-dire les logements classés F ou G au DPE (diagnostic de performance énergétique), ont droit à un délai : ils peuvent bénéficier de MaPrimeRénov’ jusqu’au 1er juillet s’ils remplacent leur chauffage par un équipement décarboné. Initialement, les passoires thermiques étaient exclues du dispositif MaPrimeRénov’ pour tous les mono-gestes dès le 1er janvier 2024. À partir du 1er juillet, en revanche, leurs propriétaires devront suivre le parcours accompagné (rénovation d’ampleur et Mar) pour entrer dans le dispositif.

À lire aussi : Mon Accompagnateur Rénov’, obligatoire pour votre rénovation énergétique ?

Les autres annonces de l’Anah

L’Anah a fait d’autres annonces importantes, notamment :

  • Un nouveau dispositif financier, « Ma prime logement décent », va naître de la fusion des aides « Habiter sain » et « Habiter serein ». Il est destiné aux logements indignes, très dégradés, et permettra de financer jusqu’à 80 % de 70 000 euros de travaux, notamment pour améliorer l’efficacité énergétique du logement. En France, 400 000 à 420 000 logements sont considérés comme « indignes ».
  • À partir du 1er avril, les aides pour l’installation d’équipements de chauffage fonctionnant au bois vont être réduites de 30 %.
  • MaPrimeAdapt’ va être lancée en 2024 : ce dispositif va permettre aux personnes en situation de handicap ou de plus de 60 ans de bénéficier d’une aide pour adapter leur logement. Cette aide peut couvrir 70 % des travaux, dans la limite d’un plafond de 22 000 euros.