L’aérothermie et la géothermie constituent deux méthodes de récupération d’énergie dans l’environnement ambiant pour générer de la chaleur. C’est suivant ces deux principes que fonctionnent les pompes à chaleur. Le premier récupère de l’énergie gratuite dans l’air quand le second va la récupérer dans le sol. Mais quels sont les avantages et inconvénients pour chacun ? L’énergie tout compris fait le point.

 

Une pompe à chaleur aérothermique ou géothermique permet de générer de la chaleur en allant puiser gratuitement de l’énergie dans l’environnement ambiant, soit dans l’air extérieur, soit dans le sol. Dans le cadre d’un projet de rénovation énergétique, l’installation d’un tel système de chauffage permet de faire d’importantes économies d’énergie et de contribuer à la préservation de l’environnement.

Si les deux systèmes sont intéressants à mettre en œuvre, lequel privilégier ? Pour cela, il convient de comparer les avantages et inconvénients de chacun.

L’importance du coefficient de performance

Pour rendre compte de la performance d’une pompe à chaleur, on se réfère à son coefficient de performance, autrement appelé COP. Il exprime le quotient de la chaleur produite par le travail fourni. Autrement dit, il rend compte de la chaleur produite au départ de l’énergie récupérée.

La particularité du COP est qu’il évolue dans le temps, en fonction des variations de la température de l’environnement et, dès lors, de l’énergie qui peut y être récupérée. Autrement dit, plus la température sera basse, moins les performances de la pompe à chaleur seront au rendez-vous.

La géothermie, la garantie de performances stables tout au long de l’année

L’un des principaux intérêts de recourir à la géothermie, en comparaison à l’aérothermie, réside dans le fait que les températures dans le sol varient considérablement moins que celles de l’air. Plus concrètement, une pompe à chaleur air/eau ou air/air (aérothermique) ne produira pas ou peu de chaleur lorsque les températures hivernales seront négatives. Par contre, la température du sol, à 1,2 m de profondeur, varie beaucoup moins d’une région à l’autre et d’une saison à l’autre. Elle n’oscille que de quelques degrés autour de 10/12°C en moyenne. À cette profondeur, elle n’est pas négative.

On constate que, sur l’ensemble de l’année, une pompe à chaleur sol/eau présente un COP global supérieur à celui d’une pompe à chaleur air/eau. Elle permet donc des économies d’énergie proportionnellement plus importantes.

L’aérothermie, plus facile et moins chère à mettre en œuvre

La géothermie est cependant plus difficile à mettre en œuvre que l’aérothermie.

Pour capter l’énergie présente dans le sol, il y a deux possibilités :

  • installer des capteurs horizontaux à une profondeur située entre 0,6 m et 1,2 m,
  • installer capteurs verticaux, ce qui implique de procéder à des forages qui peuvent requérir l’obtention d’autorisations et nécessitent de faire appel à des entreprises agréées.

La mise en œuvre d’un tel système est donc beaucoup plus lourde et onéreuse que l’installation d’une PAC aérothermique. Récupérer l’énergie présente dans l’air ambiant implique principalement la pose d’un boîtier sur une petite surface à l’extérieur.

 

Aérothermie et géothermie et la nécessité d’un système d’appoint
Il est important de préciser que la PAC aérothermique peut rarement fonctionner seule. Elle requiert un système de chauffage d’appoint, auquel on aura recours durant les périodes les plus froides de l’année. Dans le cadre d’une PAC géothermique, l’appoint n’est pas toujours nécessaire. Il faut toutefois prendre le temps de bien analyser la situation.

Aérothermie ou géothermie : comment bien choisir ?

Plusieurs éléments doivent orienter votre choix entre aérothermie et géothermique pour l’installation d’une pompe à chaleur :

  • la possibilité ou non, considérant le terrain disponible, d’installer des capteurs dans le sol ;
  • le coût des travaux, qui aura un impact considérable sur le retour sur investissement dans le temps ;
  • le rendement de l’installation, au regard de la région dans laquelle vous vivez ;
  • la variation des températures (et donc de la COP de la pompe à chaleur).

Il est important de noter que des aides sont disponibles pour l’installation d’une pompe à chaleur. Mon Energie Tout Compris vous accompagne dans la définition de votre projet et vous permet de facilement profiter des aides à la rénovation énergétique auxquelles vous avez droit.

Sur le même thème

Sur le même thème