Parmi les mesures annoncées à l’issue du premier Conseil de défense écologique, se trouve la décision de renforcer les crédits liés à la rénovation énergétique des logements sociaux.

budget pour la rénovation énergétique

Un des grands défis en faveur de la transition écologique réside dans l’amélioration de la performance environnementale du parc de logements en France. De nombreuses mesures d’aide à la rénovation énergétique ont déjà été mises en place par le gouvernement. Elles visent notamment à inciter les privés, propriétaires ou locataires, à engager des chantiers devant permettre de réaliser de substantielles économies d’énergie tout en participant à la réduction de l’empreinte environnementale liée au chauffage domestique… Si les aides existent, un des enjeux, aujourd’hui, est d’inciter les ménages français à en profiter. A cette fin, il appartient donc aux pouvoirs publics de montrer l’exemple.

Des aides supplémentaires destinés aux collectivités

Dans cette optique, jeudi dernier, le Premier ministre Edouard Philippe annonçait que 3 milliards d’euros de prêts supplémentaires seront alloués aux collectivités pour financer l’isolation thermique des bâtiments et des logements ainsi que des projets de mobilité au quotidien, via la Banque des territoires. En outre, un milliard d’euros de prêts sera dédié à la rénovation énergétique des logements sociaux.

Cette annonce est intervenue à l’issue de la première réunion du Conseil de défense écologique. Cette nouvelle instance gouvernementale, qui rassemble 13 ministres autour du président de la République, entend recentrer les politiques publiques concernant la transition écologique. Voulu par Emmanuel Macron suite au Grand Débat National, le Conseil de défense écologique a pour but de mettre l’urgence climatique au cœur de toutes les politiques de l’Etat français.

Combler le déficit d’investissements verts

Selon le Premier ministre, le renforcement des aides en la matière doit permettre aux bailleurs, autrement dit les collectivités, d’accéder à des fonds très disponibles pour financer les projets de rénovation énergétique. Pour le gouvernement, il s’agit de l’une des façons les plus efficaces pour les inscrire dans la dynamique souhaitée par les pouvoirs publics.

Le but est avant tout d’inciter le marché à investir dans des projets liés à la transition écologique. En effet, malgré les mesures prises, l’Etat constate toujours un déficit d’investissements verts, estimé à environ 20 milliards d’euros par an en France. « Notre objectif est de combler ce déficit en utilisant des financements publics pour faire levier sur des financements privés », a commenté Edouard Philippe lors du point presse qui a suivi le Conseil de défense écologique.

L’enjeu : mobiliser les capitaux privés

Seuls les capitaux privés seraient en effet en mesure de faire basculer l’économie pour réduire les émissions de CO2 tout en assurant aux citoyens une vie digne. Mais pour mobiliser les investissements privés, il faut rendre le marché davantage lucratif.
La rénovation des logements sociaux doit permettre de réduire la consommation en énergie des bâtiments et, dès lors, de favoriser le pouvoir d’achat des occupants de ces habitations.

Le Grenelle de l’Environnement, en 2008, fixait déjà à 500.000 le nombre d’habitations à réhabiliter, dont 100.000 logements sociaux. Depuis lors, ces objectifs ne sont pas tenus, et ce malgré d’importants moyens mobilisés.

Sur le même thème

Sur le même thème