Le renouvelable peut-elle être la première source d’électricité en 2025 ?

Selon l’Agence Internationale de l’énergie, en 2025, la première source d'électricité au niveau mondial sera le renouvelable, et ce devant le charbon. A côté du développement de la production du renouvelable, un des grands enjeux de la transition réside dans le soutien des économies d’énergie.
La rédaction de l'Energie Tout Compris

Energie renouvelable

Dans les cinq prochaines années, les énergies renouvelables seront la première source d’électricité au monde. Dans son récent rapport « Renewables 2020 », l’Agence internationale de l’énergie (AIE) affirme en effet que le renouvelable prendra la tête du classement des sources d’énergie électrique à l’échelle mondiale, aujourd’hui encore et toujours occupée par le charbon.

Baisse du gaz et du charbon, hausse du renouvelable

Au-delà de cette affirmation, l’AIE met en exergue deux tendances contraires. D’une part, la progression des énergies renouvelables à travers le monde et, d’autre part, la baisse des autres sources d’énergie, en particulier le pétrole, le gaz et le charbon.

Dans un tel contexte de transition, le renouvelable gagne donc logiquement des parts de marché. Toujours selon l’AIE, d’ici 2025, les sources d’électricité verte devraient représenter près de 90% de l’augmentation de la capacité énergétique mondiale totale.

Rien que pour l’année 2020, cela représente 200 gigawatts heure de capacité de production nouvellement installés. On estime que la hausse de la production d’énergie renouvelable a augmenté de 7% par rapport à 2019, et ce dans un contexte où la consommation d’électricité recule.

Hausse de 10% de la capacité de production renouvelable en 2021

Ces chiffres sont révélateurs d’une tendance forte, en faveur du renouvelable, qui devrait se poursuivre dans les années à venir. Pour 2021, l’AIE prévoit une augmentation de 10% des capacités de production s’appuyant sur le renouvelable (+4% entre 2019 et 2020). Au cours de l’année qui vient de s’écouler, c’est à la Chine et aux États-Unis que l’on doit essentiellement le développement de la capacité d’énergie renouvelable. En 2021, l’Union européenne et l’Inde devraient à leur tour pousser la hausse de la capacité de production.

En 2023, les capacités de production du solaire et de l’éolien devraient dépasser celles des centrales fonctionnant au gaz naturel, et celles s’appuyant sur le charbon en 2024. « Dans beaucoup de pays, les centrales solaires et les parcs éoliens sont devenus la source d’électricité la moins chère », souligne l’AIE.

À l’horizon 2025, un tiers de l’électricité produite dans le monde proviendrait des énergies renouvelables.

Une transition qui s’accélère

On assiste donc à une transition de grande ampleur, qui pourrait même s’accélérer avec la mise en œuvre de nouvelles politiques soutenant le développement du renouvelable, comme l’envisage par exemple Joe Biden à travers son plan pour une révolution énergétique.

Si l’on parle de projets de grande ampleur, les énergies renouvelables se déploient aussi à l’échelle des logements individuels, soutenant les projets d’économies d’énergie dans le temps. Un nombre croissant de ménages français, par exemple, choisissent d’installer une pompe à chaleur ou encore des panneaux solaires thermiques ou photovoltaïques, pour réduire leur consommation d’énergie.

Cette transition s’accompagne aussi de mesures en faveur d’une diminution globale de la consommation, à travers des politiques fortes de soutien à la rénovation énergétique des bâtiments. Mieux que produire de l’énergie plus respectueuse de l’environnement, l’enjeu est avant tout de réduire notre consommation.

En France, de nombreuses aides à la rénovation énergétique des logements sont aujourd’hui accessibles.

Projet de rénovation ?

Vous avez un projet de rénovation énergétique ? Faites une simulation en ligne avec l'Energie Tout Compris.

Faire une simulation