Dans un logement, le bruit passe par tous les ponts acoustiques, et notamment par les fenêtres. Pour lutter efficacement contre le bruit au quotidien, suivez les conseils de L’énergie tout compris pour garantir l’isolation phonique de vos ouvertures.

Isolation des fenêtres : les étapes en amont
Conseils à suivre pour l’isolation phonique des fenêtres

Avant même de mettre en place l’isolation des fenêtres, il est recommandé de suivre quelques étapes préalables.

Déterminer le niveau de bruit

Le bruit perçu à l’intérieur d’un logement peut provenir de différentes sources :

  • Les bruits dus à des impacts (bruits de pas, marteau piqueur dans la rue…) ;
  • Les bruits aériens (voix, circulation routière, etc.) ;
  • Les bruits d’équipements (ascenseur ou machine à laver…).

Pour choisir la bonne isolation phonique pour ses fenêtres, il convient de déterminer par quelle voie passe le bruit, mais aussi quel est le niveau de confort visé. Par exemple, si je perçois un bruit de 50 décibels et que je souhaite obtenir un confort de 30 décibels, je vais devoir trouver une solution d’isolation assurant un affaiblissement de 20 décibels.

Faire appel à un acousticien

En rénovation, la pose d’un produit isolant peut se révéler inefficace, car si un seul pont acoustique subsiste dans le logement, l’isolation phonique est inutile (tout le bruit passe alors par ce pont acoustique). En faisant appel à un acousticien, vous obtiendrez un diagnostic précis et une étude complète qui vous guidera vers la solution d’isolation phonique pour fenêtre la plus appropriée.

 

Comment isoler phoniquement des fenêtres ?

Contrairement à l’isolation thermique, l’isolation acoustique n’est pas encore réglementée pour les bâtiments existants. Ainsi, en fonction du résultat attendu, l’isolation phonique des fenêtres doit être pensée différemment.

Choisir le bon vitrage

La base d’une bonne isolation phonique des fenêtres est le double vitrage. Selon les performances désirées, il faut choisir deux paramètres distincts :

  • L’épaisseur de chaque vitre ;
  • L’espace entre les deux vitres, qui représente l’espace disponible pour l’air jouant le rôle d’isolant.

Par exemple, un vitrage de type 10/6/4 est composé d’une vitre de 10 mm, une autre de 4 mm et d’un espace de 6 mm entre ces deux vitres. Il est possible d’ajouter un feuilletage acoustique pour de meilleures performances.

À savoir : le label Acotherm et la certification CEKAL AR donnent des indications sur la capacité du vitrage à réduire le bruit.

Une fenêtre de qualité

Le matériau choisi pour le châssis entre lui aussi en jeu pour l’isolation phonique des fenêtres. Plus le matériau est lourd, plus il est efficace pour lutter contre le bruit. Ainsi, une fenêtre en bois est particulièrement recommandée pour réduire les nuisances sonores.

À noter : si le châssis est de bonne qualité, le choix du matériau influence moins les performances acoustiques de la fenêtre.

Le saviez-vous ?

Améliorer l’isolation acoustique des fenêtres augmente les performances thermiques du logement.

 

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème