Les récents attentats survenus à Paris n’entraîneront pas l’annulation de la COP21. Le gouvernement a confirmé sa volonté de maintenir l’événement qui se tiendra au Bourget (Seine-Saint-Denis), en prévoyant toutefois un renforcement de la sécurité et une modification du programme.

La COP21 maintenue

COP21 recentrée sur les négociations

La COP21 aura bien lieu du 30 novembre au 11 décembre 2015 et devrait accueillir, comme convenu, près de 120 chefs d’état du monde entier dont le président américain Barack Obama et son homologue chinois Xi Jinping.

Le maintien de la conférence climat, en dépit des événements tragiques du vendredi 13 novembre à Paris, tient principalement à l’importance des enjeux de la COP21. Les 195 pays de la convention cadre des Nations Unies doivent en effet trouver un accord permettant de limiter le réchauffement climatique mondial à 2 degrés à l’horizon 2100. Le dérèglement climatique constitue en effet un véritable fléau. Le dérèglement des cycles naturels, la fonte des glaces, l’augmentation du niveau de la mer, mais aussi la multiplication potentielle des réfugiés climatiques dans les années à venir font partie des principales conséquences de ce dérèglement.

Un événement recentré sur l’essentiel et un renforcement de la sécurité prévu

À la lumière des récents événements et pour des raisons de sécurité évidentes, la COP21 sera uniquement centrée sur les négociations, et les chefs d’état présents bénéficieront d’une surveillance accrue. La présence d’une centaine de gardes de l’ONU, de 300 agents de sécurité privés ainsi que la création d’une « zone bleue » sous la responsabilité de l’ONU ont été évoquées.

On notera également que de nombreux événements prévus en marge de la conférence climat, notamment des concerts, seront « sans doute annulés » selon Manuel Valls, afin de limiter les risques inhérents à de tels rassemblements. La tenue de certains événements officiels demeure cependant en suspens comme la conférence de la jeunesse à Villepinte du 26 au 28 novembre et le sommet des maires pour le climat à Paris le 4 décembre, qui nécessitent tous deux un renforcement du dispositif de sécurité. L’ouverture des espaces Générations Climat, qui devraient permettre à la société civile de prendre part au débat, de s’informer et de déambuler parmi quelques 20 000 stands, pose également question. Vient enfin la problématique des manifestations organisées par différentes associations et autres ONG souhaitant profiter de la visibilité offerte par la COP21 pour s’exprimer. La grande marche mondiale pour le climat, événement phare qui devait se tenir le 29 novembre au cœur de Paris a été annulée par décision du gouvernement pour « éviter tout risque supplémentaire ».  

 

Pour aller plus loin : 

Sur le même thème