Donnée essentielle pour comprendre les variations de températures au sein d'un logement, l'inertie thermique correspond à la capacité d'un bâtiment à stocker et diffuser la chaleur absorbée lors des hausses de température. Une propriété qui dépend de plusieurs facteurs, notamment géographiques. Explications.

Calculez vos économies d’énergie

L'inertie ou l'accumulation et la rediffusion de chaleur

Qu'est-ce que l'inertie thermique ?

Lors des hausses de températures, un logement peut accumuler de la chaleur pour ensuite la restituer à l’intérieur même de ses murs. On parle alors d’inertie thermique. Plus cette inertie est importante, plus le bâtiment va se réchauffer puis lentement refroidir. Ainsi, l'inertie permet un certain décalage par rapport aux températures extérieures. L’intérieur du bâtiment reste frais quand il fait chaud dehors, puis va progressivement se réchauffer grâce à la chaleur absorbée pendant la journée alors que les températures, elles, vont refroidir à l’extérieur. La chaleur va alors être restituée à l'intérieur du bâtiment pendant plusieurs heures et ce, même si aucun système de chauffage n’est actif.

L'inertie d'un logement va dépendre de différents facteurs. En tête de liste, la masse des matériaux composant le bâtiment concerné. Plus ces derniers vont être lourds, plus l'inertie sera importante. Le béton, ou encore la pierre possèdent une importante faculté à absorber et stocker les rayons du soleil et à les transformer en chaleur.

La zone géographie, autre facteur décisif de l'inertie thermique

Les matériaux ne vont pas être les seuls facteurs de la bonne inertie d'un logement, cette dernière va également dépendre du climat de la zone géographique du bâtiment.

Dans les pays du Sud, au climat chaud, l'inertie est une donnée essentielle car elle permet de réguler les importantes variations de températures d'une journée. En effet, les logements vont posséder de fortes masses inertielles afin de profiter des fortes chaleurs de la journée pour les restituer pendant les nuits plus fraîches. Combinée à une ventilation nocturne, l'inertie thermique se pose comme une excellente méthode, économique et écologique, pour avoir un logement frais et agréable pendant les périodes chaudes.

Pour ce qui est des pays nordiques, aux températures plus froides, le rapport à l'inertie est logiquement différent. Le rayonnement solaire étant moins important, les logements n'auront pas forcément besoin d'une forte inertie pour se chauffer. Elles privilégieront des systèmes de chauffages afin de faire face aux températures les plus basses. L'inertie devient appréciable lorsqu'on dispose de sources de chaleur non contrôlées à proximité du logement, ce qui n'est pas forcément le cas dans les pays plus au Nord qui ne profitent pas de chaudes températures.

 

 

Le saviez-vous ?

Il est essentiel de ne pas faire d'amalgame entre inertie thermique et isolation. L'inertie correspond à l'accumulation et diffusion de la chaleur, l'isolation, elle, consiste à limiter toutes déperditions de cette même chaleur.

Calculez vos économies d’énergie

Pour aller plus loin :

Sur le même thème