Si une légère hausse des prix du gaz est à prévoir dès le mois de novembre 2016, les 11 millions de foyers français concernés par les tarifs réglementés du gaz n’ont toutefois pas à s’inquiéter : les prix ont diminué de 5,8 % depuis le début de l’année 2016. Ils ont baissé de 17,5 % depuis janvier 2015.

Demander un devis gratuit

Le prix du gaz en net recul depuis janvier 2015
gaz

Mauvaise nouvelle : la CRE (Commission de régulation de l’énergie) vient d’annoncer une légère hausse des prix du gaz. Dès le 1er novembre 2016, les ménages se chauffant grâce à ce combustible verront leur facture augmenter très exactement de 1 %. Évidemment, cette augmentation des tarifs réglementés n’impactera pas de la même manière les foyers qui utilisent le gaz uniquement pour la cuisson (0,5 % de hausse) et ceux qui l’utilisent pour leur système de chauffage (1,6 %).

Si cette hausse ne ravit pas les 11 millions de Français concernés par les tarifs réglementés du gaz, ces derniers restent toutefois gagnants car les prix du gaz ont diminué de 5,8 % depuis le début de l’année 2016.

Comment calcule-t-on le prix du gaz ?

La variation des prix du gaz dépend de plusieurs facteurs, à savoir :

  • Les coûts d’approvisionnement sur le marché de gros (qui découlent en partie des prix du pétrole) ;
  • Les frais de transport et de distribution ;
  • Les coûts de stockage et d’utilisation des terminaux méthaniers ;
  • Les différentes taxes du gaz naturel (CTA, TICGN et TVA).

Ainsi, la légère hausse attendue pour novembre ne suffira pas à inquiéter les Français qui cuisinent et se chauffent au gaz au regard du net recul des prix depuis le début de l’année dernière. Un avantage de taille pour les ménages qui estiment en majorité que le gaz est l’énergie la plus confortable du marché : 35 % contre 31 % pour l’électricité et 23 % pour le bois (enquête IFOP/ENI).

 

Le saviez-vous ?

Malgré la baisse des prix du gaz, 20 % des Français (soit environ 12,2 millions de personnes) peinent toujours à payer leurs factures d’énergie. Un chiffre qui a augmenté de 50 % en l’espace de 8 ans, à en croire une étude menée par l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie).

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème