Le charbon assure encore aujourd’hui 40 % de l’électricité mondiale et pourtant, il constitue l’énergie la plus polluante. Avec les différentes initiatives pour la transition énergétique, le charbon perd petit à petit du terrain, même si certains pays restent réfractaires à son abandon. L’énergie tout compris fait le point.

 

Quel avenir pour le charbon ?

 

L’avenir du charbon dans le monde

Le charbon est une énergie extrêmement polluante. Malgré tout, son exploitation est majoritaire dans de nombreux pays et la transition énergétique semble très coûteuse pour certains.

L’Europe et la consommation de charbon

Avec 280 centrales électriques fonctionnant au charbon, dont certaines sont très vieilles et polluent d’autant plus, l’Europe a encore du travail pour respecter l’accord de Paris et assurer les objectifs fixés pour la transition énergétique. Pour ce faire, toutes les centrales à charbon devront fermer leurs portes en Europe d’ici 2030.

Des chiffres encourageants

Depuis 1990, la part du charbon et du lignite dans la production d’électricité en Europe a chuté de 21 %. Pour continuer vers la décarbonisation de l’électricité européenne, les États membres de l’UE ont imposé, fin avril, des normes plus strictes sur les émissions de polluants. Sur les 280 centrales encore en activité, 108 dépassent ces limitations de 40 %, selon l’étude IEEFA (Institute for energy economics and financial analysis) publiée le 8 mai dernier. Ces installations devront être soit remises aux normes, soit fermer totalement d’ici 2021.

Les mauvais élèves : l’Allemagne et la Pologne

L’Allemagne et la Pologne restent les plus grosses consommatrices de charbon en Europe. À eux deux, ces pays sont responsables de 54 % des émissions de polluants liés à l’exploitation de centrales à charbon en Europe, selon les données de l’étude menée par l'institut Climate Analytics publiée en février 2017. À noter cependant que, pour la première fois depuis plusieurs années, l’Allemagne a diminué sa consommation de charbon et prévoit la fermeture de 24 centrales à lignite d’ici 3 ans. De son côté, la Pologne dépend énormément du charbon pour son électricité et s’en défaire semble très difficile puisqu’il s’agit de la seule énergie dont dispose le pays.

L’évolution de la consommation de charbon dans le monde

Si l’Asie reste un très grand consommateur de charbon, certains pays comme l’Inde et la Chine font de gros efforts pour limiter l’utilisation de cette énergie. Autre géant, les États-Unis semblent cependant se tourner à nouveau vers le charbon pour relancer leur économie.

L’incertitude au niveau des États-Unis

La fermeture de plusieurs centrales électriques à charbon en 2015 et 2016 a permis de faire baisser la consommation de charbon de 9 % aux États-Unis, d’après le bilan énergétique mondial annuel du cabinet de conseil Enerdata publié en 2016. Cependant, le récent départ des États-Unis de l’accord de Paris et le décret visant à remettre en service certaines centrales au cours du mandat Trump risquent bien d’inverser la vapeur.

 

La Chine se détache

Numéro 1 du peloton en matière de pollution et de consommation mondiale de charbon, la Chine semble changer de cap petit à petit. Avec une baisse de 4,7 % de la consommation de charbon, l’empire du Milieu mise davantage sur les énergies renouvelables. La mise en service récente d’une centrale solaire flottante ainsi que la fermeture de la dernière usine à charbon à Pékin affirment une volonté d’agir pour le climat.

Remplacer le charbon par les énergies renouvelables, est-ce possible ?

En 2015, selon l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), les énergies renouvelables ont dépassé pour la première fois le charbon dans la production d’énergie. Avec une baisse des coûts de fabrication des équipements, les ENR semblent être les mieux indiquées pour remplacer le charbon dans la production énergétique.

En 2016, le secteur a d’ailleurs battu des records en matière de nouvelles capacités installées dans le monde, dont plus de la moitié sont recensées en Asie. Le solaire reste l’énergie renouvelable la plus développée, devant l’éolien. Si les énergies renouvelables semblent être l’alternative idéale au charbon, elles ne représentent pour le moment que 5 % de la consommation mondiale d’énergie et environ 25 % de la production d’électricité. Des progrès restent donc à faire.

 

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème