La méthanisation agricole pourrait représenter « une voie d’avenir aux bénéfices multiples pour contribuer à la transition énergétique et écologique » selon un avis publié le 21 novembre 2016 par l’Ademe. En quoi consiste cette filière et quels sont ses avantages pour l’environnement ? Comment la mettre en place ?

 

metanisation

La méthanisation et ses avantages possibles

Selon l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), il existe encore une marge de manœuvre pour développer la transition énergétique au niveau agricole. Cette progression pourrait passer par la récupération des effluents d’élevage et des résidus de cultures, ainsi que par la mobilisation des cultures intermédiaires et des prairies, dans une moindre mesure. Ces effluents seraient ensuite dégradés biologiquement dans un milieu sans oxygène : c’est ce que l’on appelle la méthanisation agricole.

Pour en arriver à ce bilan, l’Ademe a compilé les retours d’expérience effectués sur un panel de 80 installations de méthanisation. Dans une large majorité de situations, la rentabilité économique est au rendez-vous. C’est particulièrement le cas pour les petits collectifs (moins de 10 agriculteurs) et les projets à la ferme.

Pour parvenir à des résultats satisfaisants, les aides publiques, se traduisant par un dispositif de soutien aux investissements ou à l’énergie produite, restent toutefois indispensables pour concrétiser les projets.

> À lire aussi : Le Grand Est se met au (gaz) vert

La méthanisation, une filière porteuse de progrès et d’emplois

De nombreux acteurs agissent au cœur de la filière de la méthanisation agricole : les agriculteurs, mais aussi les gros producteurs de déchets organiques, les gestionnaires des réseaux de gaz et d’électricité, les particuliers ou encore les collectivités.

La création d’une unité de méthanisation est un dispositif généralement long, complexe et coûteux. Pour limiter les prises de risques et maximiser la rentabilité des installations, l’Ademe recommande plusieurs actions aux porteurs de projets :

  • contractualiser les approvisionnements sur la durée, en étant vigilant aux substrats destinés à plusieurs usages différents ;
  • optimiser au maximum la valorisation énergétique. L’Ademe recommande concrètement d’ajouter du biométhane au réseau de gaz naturel lorsque cela est possible, afin d’obtenir un meilleur rendement énergétique ;
  • s’assurer des débouchés de leurs digestats (par le biais de la normalisation ou en réalisant un plan d’épandage notamment) ;
  • garantir la non-concurrence entre les projets, ainsi que l’adaptation de chacun aux besoins des territoires auxquels ils sont rattachés ;
  • anticiper le gros entretien et les réparations périodiques en s’assurant la collaboration de bureaux d’études et d’entreprises compétentes.

> À lire aussi : Transition énergétique en France : tout ce qu’il faut savoir

 

Pour aller plus loin : 

 

Sur le même thème