En octobre 2016, la nouvelle édition de l’indice du Trilemme énergétique a été publiée. Réalisée par le Conseil Mondial de l’Énergie, en collaboration avec le cabinet de conseil Oliver Wyman, elle évalue 125 pays en matière de sécurité énergétique, de système énergétique durable et d’équité. Focus sur les résultats.

Des résultats encourageants

Le Trilemme énergétique a globalement mis en avant des données positives. Depuis 2000, l’accessibilité à l’électricité a progressé de 5 %. Même tendance pour la part des énergies renouvelables qui représentent à présent 9,7 % de l’énergie primaire.

On retiendra également que sur les 125 pays classés, 13 ont bénéficié de la note triple A et se montrent exemplaires lorsqu’il s’agit de composer avec les trois facteurs évalués par le Conseil Mondial de l’Énergie, à savoir la sécurité énergétique, la durabilité du système et l’équité (en matière d’accès et de coût). Le top 10 est majoritairement dominé par des pays européens, élément qui démontre qu’un effort commun sur le plan de la politique énergétique est loin d’être vain.

trilemme_energetique

Les défis à surmonter

Le Conseil Mondial de l’Énergie a également mis en avant, outre son classement, les principaux défis auxquels doivent faire face les territoires afin d’améliorer l’équilibre entre sécurité énergétique, équité et durabilité du système énergétique.

  • Amérique du Nord

Responsable d’environ 14 % des émissions de gaz à effet de serre, l’Amérique du Nord doit essentiellement composer avec des infrastructures énergétiques vieillissantes mais aussi les températures extrêmes du territoire qui représentent un véritable défi.

  • Europe

Tout en réalisant sa transition énergétique, l’Europe doit s’efforcer de veiller à la sécurité de l’énergie et de maintenir l’accessibilité aux énergies d’un point de vue financier.

  • Amérique latine et Caraïbes

Le principal challenge est d’améliorer la résistance des installations aux températures extrêmes.

  • Asie

Ce territoire doit en priorité diminuer sa dépendance à l’importation énergétique. Une démarche importante, surtout dans la mesure où la demande énergétique ne fait que croître dans le continent.

  • Afrique du Nord et Moyen-Orient

Ces zones doivent essentiellement s’éloigner de l’exploitation du gaz et du pétrole (en d’autres termes améliorer leur mix énergétique) et se pencher sur la problématique de la rareté de l’eau dans les années à venir.

  • Afrique subsaharienne

L’Afrique subsaharienne est le territoire possédant le plus bas niveau d’accès à l’énergie. Une situation qui tranche avec l’abondance des ressources et son grand potentiel en matière d’énergies renouvelables.

 

Pour aller plus loin : 

Sur le même thème