En mai dernier, Emmanuelle Cosse, ministre française du Logement, a annoncé que dans le cadre du programme Habiter mieux, 40 % des aides octroyées par l’Anah serviraient à la rénovation de logement en milieu rural. Au total, 30 000 habitations devraient être rénovées. À terme, le gouvernement souhaite être en mesure de délivrer 30 % de labels écoquartiers en milieu rural d’ici fin 2018.

Calculez vos économies d’énergie

Habiter mieux : priorité aux zones rurales

La rénovation énergétique et le développement d’un habitat durable sont des objectifs prioritaires, à la ville comme à la campagne. C’est en substance le message transmis par la ministre du Logement et de l’Habitat durable lors du comité interministériel à la ruralité, en mai dernier. Par conséquent, il est primordial de veiller à la qualité des constructions, et de former les élus des territoires ruraux pour leur permettre d’accompagner leurs concitoyens dans leurs projets.

Concrètement, dans le cadre du programme Habiter mieux développé par l’Anah, 70 000 logements devraient être rénovés sur le territoire. Parmi ces logements, 30 000 bénéficiaires des aides de l’Anah, soit plus de 40 %, seront situés en milieu rural. En plus d’harmoniser la rénovation énergétique en ville et à la campagne, cette décision permettra de maintenir un tissu d’entreprises artisanales dans les territoires ruraux et de soutenir leur activité économique.

Le saviez-vous : sur les 3,8 millions de ménages en situation de précarité énergétique en France, plus de 50 % habitent en zone rurale ou dans une agglomération de moins de 20 000 habitants. Une donnée qui justifie l’importance d’encourager les travaux de rénovation énergétique en territoires ruraux.

 

Le programme Habiter mieux dans le détail

Mis en place depuis sept ans, le programme Habiter mieux développé par l’Anah s’inscrit dans le cadre de la transition énergétique.

Depuis 2016, quelques évolutions sont venues étayer ce programme. La prime d’État qui valorise les économies d’énergie après la réalisation de travaux est proportionnelle aux montants des travaux à hauteur de 10 %. Elle est plafonnée à 1 600 € pour les ménages modestes, et à 2 000 € pour les ménages très modestes. Les propriétaires bailleurs et les syndicats de copropriétaires restent soumis à un montant forfaitaire de 1 500 €.

Autre nouveauté : un crédit à taux zéro fait son apparition pour financer le reste à charge des travaux : l’éco PTZ Habiter mieux. Ce prêt peut s’élever à 20 000 € maximum et est activé dès le début des travaux.

Le programme Habiter mieux permet aussi de générer des certificats d’économie d’énergie « précarité énergétique ». L’Anah travaille en partenariat avec les fournisseurs d’énergie pour mettre en œuvre cette disposition, instaurée par la loi relative à la transition énergétique pour une croissance verte.

Depuis son lancement, le programme de l’Anah a permis de rénover plus de 150 000 logements sur l’ensemble du territoire français.

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème