Selon les chiffres relevés par le service de l’économie de l’évaluation et de l’intégration du développement durable du Commissariat Général au Développement Durable (CGDD), les émissions de CO2 se sont quasiment stabilisées dans le monde en 2014. Une information encourageante, qui montre toutefois des disparités entre les régions du monde.

Calculez vos économies d’énergie

En 2014, les émissions mondiales de CO2liées à la combustion d’énergie fossile et aux procédés industriels (hors utilisation des terres, leurs changements et la forêt - UCTF) se sont quasiment stabilisées par rapport à 2013, alors qu’elles augmentaient en moyenne de 2,5 % par an entre 2000 et 2013.

Depuis 1990, ces émissions ont diminué dans les pays développés ; toutefois, elles ont presque triplé dans les pays en développement. Dans ces pays, 60 % des émissions proviennent de l’exploitation et de la consommation du charbon. De 1990 à 2014, à échelle mondiale, les émissions liées à la combustion du charbon ont ainsi augmenté de 77 %, celles liées à la combustion du gaz naturel de 74 % et celles liées à la combustion du pétrole de 28 %. Plus du quart des émissions de CO2 dans le monde proviennent de Chine (29,6 %). Viennent ensuite les États-Unis (15 %), l’UE (9,6 %), et l’Inde (6,6 %).

Dans l’UE, les émissions de 2014 montrent une baisse de 5,4 % par rapport à 2013. Une baisse qu’on retrouve en Espagne (-1 %), en Allemagne (-5,6 %), en Italie (-7,6 %), en France (-8,3 %) ou encore au Royaume-Uni (-8,9 %). Un hiver relativement doux, un renforcement des politiques environnementales et une faible croissance économique à échelle européenne expliquent ces baisses généralisées.

Par rapport à 1990, les émissions de CO2 de l’Union européenne ont diminué de 21 %.

En parallèle, les émissions de CO2 de la Chine dépassent le niveau de celles de l’UE à 28 ; depuis 1990, les émissions chinoises par habitant ont été multipliées par plus de 3,5. Même constat en Inde où les émissions ont été multipliées par 2 depuis 1990.

Sur le continent africain, les émissions restent plutôt faibles et stables (1 t CO2/habitant en 2014), tandis qu’aux États-Unis, les chiffres restent élevés (16,5 t CO2/habitant en 2014), malgré une baisse de 16 % en 26 ans.

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème