Efficacité énergétique mondiale : disparités régionales
Une récente étude de l’Ademe (Agence de la maîtrise de l’énergie) sur l’efficacité énergétique, souligne les disparités régionales quant à la consommation mondiale d’électricité. Elle démontre également comment les nouvelles technologies concourent à l’augmentation de la consommation d’électricité. Cette étude a été réalisée en partenariat avec le cabinet Enerdata, et à la demande du Conseil mondial de l’énergie.

En Europe, un ménage consomme trois fois moins d’électricité (sans compter le chauffage), qu’un ménage américain. Entre 1990 et 2011, pour le même volume de production de richesse (mesuré par le PIB), la consommation énergétique mondiale a diminué chaque année de 1,3%. Il s’agit de la baisse moyenne de l’intensité énergétique. En 2011, elle représentait l’équivalent de 4,2 milliards de tonnes de pétrole économisées.

Pourtant, le rapport constate également la diminution des économies d’énergie entre 2008 et 2011. Certes, la crise ayant touché les pays occidentaux a permis de réduire la consommation, tout en encourageant les projets d’efficacité énergétique. Mais ces efforts sont contrebalancés par la croissance des pays émergents et par le déploiement à grande échelle de toutes leurs industries énergivores.

L’Europe reste le continent le moins consommateur d’énergie. Si l’on compare ses résultats à ceux de l’Amérique du Nord, on constate une intensité énergétique de 50% plus élevée pour cette dernière, c’est deux fois plus en Chine et trois fois plus en Europe de l’Est.

De plus en plus d’Etats, dont la France, font de l’efficacité énergétique une stratégie nationale. L’objectif est de se rendre moins dépendant des importations de gaz et de pétrole, de protéger la compétitivité des entreprises et du pouvoir d’achat des ménages, et enfin de réduire les conséquences du changement climatique. Didier Bosseboeuf, en charge de la prospective à l’Ademe souligne que « même l'Arabie saoudite vient de créer une agence chargée de l'efficacité énergétique ! ».

Enfin, l’étude de l’Ademe met l’accent, principalement, sur deux inquiétudes :

       - L’essor continu du transport de marchandises par camions, en Europe y compris. Le directeur de la stratégie de l’Ademe relève qu’au sein de l’Union européenne, le transport ferroviaire des marchandises a augmenté dans trois pays seulement ;

       - La hausse de la consommation d’électricité proportionnelle à l’augmentation de l’utilisation des nouvelles technologies (Smartphones, ordinateurs, tablettes, etc.). Entre 2000 et 2009, leur part dans la consommation électrique des ménages est passée de 30% à 41%. 

Sur le même thème