À l’issue de la COP 21 en décembre 2015, l’accord de Paris a été signé par 195 pays négociateurs qui se sont accordés pour agir en faveur de l’environnement et contenir le réchauffement climatique en dessous de 2 °C d’ici 2100. En ratifiant l’accord de Paris le 2 octobre 2016, l’Inde, 3e émetteur mondial de gaz à effet de serre, s’engage à son tour.

Calculez vos économies d’énergie

Après les États-Unis et la Chine, l’Inde ratifie l’accord de Paris

Après la ratification de l’accord de Paris le 3 septembre 2016 par la Chine et les États-Unis lors du sommet du G20 organisé à Hangzhou (Chine), l’Inde a ratifié à son tour le 2 octobre 2016 le traité. Un jour symbolique puisqu’il s’agit de l’anniversaire du leader du mouvement pour l’indépendance de l’Inde, Mahatma Gandhi. Ce ralliement de l’un des plus grands émetteurs au monde de gaz à effet de serre marque un grand pas pour la lutte contre le réchauffement climatique.

L’Inde et le défi de l’énergie solaire

Les besoins en énergie de l’Inde sont croissants. En effet, 60 % de sa production électrique provient du charbon. Même si le pays n’a pas promis de sortir complètement du charbon, il compte réduire son empreinte écologique grâce à l’énergie solaire. L’objectif annoncé est de produire 100 gigawatts d’ici 2022. Pour affirmer ses ambitions, l’Inde, avec la France, est à l’initiative de la création de l’Alliance solaire mondiale qui devrait regrouper 121 pays.

Une entrée en vigueur de l’accord dès 2017

La décision de l’Inde s’inscrit dans un long processus engagé depuis la fin de la COP 21. Le 22 avril 2016 marquait un moment historique : 175 des 195 pays négociateurs étaient venus signer l’accord de Paris au siège de l’ONU, l’inscrivant de fait dans le droit international. Son entrée en vigueur était toutefois conditionnée par la ratification d’au moins 55 États représentant 55 % des émissions de gaz à effet de serre (GES). Un seuil qui a été atteint le 5 octobre 2016, portant à 59,12 % le taux d’émissions mondiales couvertes par 73 pays.

L’entrée en vigueur est ainsi prévue pour le 4 novembre 2016, quelques jours avant la COP 22 qui aura lieu à Marrakech (Maroc). Une étape majeure pour l’accord sur le climat, car si le processus est bien enclenché, les modalités d’application ne sont, elles, pas encore fixées.

 

Le saviez-vous ?

La toute première conférence sur le climat s’est déroulée à Genève en 1979. Organisée à l’initiative de l’ONU, la 21e conférence a eu lieu à Paris en décembre 2015.

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème