Isoler ses combles permet de réaliser d’importantes économies d’énergie, tout en assurant un confort thermique constant dans son logement. Mal ou non isolés, les combles sont la principale source de déperdition énergétique en hiver avec 30 % de l’énergie produite qui s’échappe de la maison par le toit. En été, c’est aussi la partie du logement la plus exposée au soleil, et donc aux surchauffes pouvant atteindre les 70 °C. Une isolation de qualité limitera la pénétration à la fois du froid et de la chaleur.

Il existe plusieurs manières d’isoler ses combles, L’énergie tout compris vous expose les avantages et inconvénients de chacune de ces solutions. Voici les éléments clés que vous devez connaître avant de faire réaliser vos travaux.

La manière d'isoler ses combles dépend d'abord de l'usage qui en est fait. Les travaux à effectuer seront différents s'il s'agit :

                                       Être mis en relation avec un artisan sélectionné par Total

L’isolation des combles perdus

Selon le type de votre charpente, son accessibilité et la configuration du sol, trois méthodes d’isolation s’offrent à vous pour isoler vos combles perdus :

L’isolation des combles perdus par isolant à poser ou à dérouler sur plancher

Si les combles sont facilement accessibles, il est possible de déposer sur le plancher un isolant présenté en panneaux ou en rouleaux. Un exemple est celui de la laine minérale déroulée directement sur le plafond qui sépare les pièces habitables des combles. Afin de supprimer les ponts thermiques, il est préférable de recouvrir la partie supérieure des solives* de l’isolant. S’il n’est pas assez épais, une seconde couche peut être posée. Cette mise en œuvre est simple et très rapide.

 

 

* cf lexique en bas de page

                                                            isolation des combles perdus

         

L'isolation des combles perdus par soufflage

Rapide, efficace et économique, l’isolation des combles perdus par soufflage consiste à déposer en vrac l’isolant (flocons de laine minérale, fibres de bois, ouate de cellulose, etc.) sur le plancher. Ininflammable, incombustible, ce produit prêt à l’emploi n’absorbe pas l’humidité et comble tous les interstices. Notez qu’une hauteur de 30 à 35 cm est préconisée pour garantir un bon niveau d’isolation. Afin d’éviter la condensation de vapeur d’eau à l’intérieur de la paroi, et donc la détérioration du matériau isolant, la mise en place d’un pare-vapeur indépendant est fortement recommandée.

Comment isoler ses combles ?

Cette solution d’isolation mécanique est souvent conseillée pour les zones disposant d’une hauteur sous plafond trop basse. Le soufflage se fait à l’aide d’un compresseur et d’une machine de soufflage mécanique. Souvent difficiles d’accès, ces combles nécessitent de passer par une trappe de visite depuis l’intérieur du logement, ou d’ôter temporairement quelques éléments de toiture, le temps de souffler mécaniquement la laine. Pour l’isolation des combles par soufflage, comptez entre 20 et 25 €/m2.

L’isolation des combles perdus par épandage

L’isolation des combles perdus par épandage observe une mise en œuvre très simple. Le produit isolant est répandu entre les solives par épandage manuel. Un râteau est nécessaire pour égaliser l’isolant à la hauteur appropriée. La mise en place d’un pare-vapeur indépendant est également obligatoire pour les mêmes raisons. Notez que sa continuité et son étanchéité aux jonctions avec les points singuliers (trappe d’accès aux combles, passage des gaines, conduits de fumée) doivent être assurées. Enfin, il est important de calfeutrer la jointure toiture/façade.

 

 

Pour les combles inaccessibles, on préférera l’isolation par soufflage à l’isolation par épandage. Par contre, cette technique n’étant pas mécanisée, elle est moins rapide à mettre en œuvre que l’isolation par soufflage.

L'isolation des combles perdus : les aides financières

Les avantages de l’isolation des combles perdus

Le principal avantage de l’isolation des combles perdus reste son prix. Quelle que soit la technique sélectionnée, le coût des travaux est relativement faible par rapport à l’isolation des combles aménagés. Par exemple, pour une maison individuelle de 100 m2, il faut compter environ 2 500 €.

Christophe Weck, de la société Iso-Comble, partenaire de Total, précise que les matériaux utilisés sont abordables, et que l’opération nécessite peu de main-cd’œuvre. Par ailleurs, « s’ils sont réalisés par des professionnels et à condition d’atteindre le niveau de performances requis, ces travaux donnent droit à un crédit d’impôt, à une prime énergie et à de nombreuses autres aides qui, cumulées, peuvent diviser la note finale par deux. Et compte tenu des économies réalisées sur votre consommation de chauffage, l’investissement sera amorti en quatre ans seulement ! » note Christophe Weck. N’oublions pas, enfin, que de tels aménagements valorisent votre patrimoine, et faciliteront la revente future de votre maison.

                                                                                                       

Le saviez-vous ?

Depuis le 1er novembre 2007, dans le cadre d’une rénovation, l’isolation des combles perdus doit répondre aux exigences de performances minimales de la Réglementation des Bâtiments Existants, quels que soient le type de charpente et la hauteur sous toiture. L’obligation concerne aussi bien une première mise en œuvre que le remplacement d’une isolation. À ce titre, il est préférable de faire appel à un professionnel sélectionné par Total, tant pour le choix des matériaux que pour la mise en œuvre des travaux.

L’isolation des combles aménagés

En aménageant vos combles, vous gagnerez de la surface tout en améliorant l’isolation de votre maison. Avant de décider de rendre vos combles habitables, vérifiez bien qu’ils sont suffisamment spacieux. Autrement, vous devrez réaliser des travaux supplémentaires (ouverture, agrandissement, extension, etc.) qui pourront s’avérer très coûteux. L’isolation des combles aménagés peut se faire sous les rampants, ou plus efficacement encore par l’extérieur.

                                              L'isolation des combles amménagés

L’isolation sous rampant

Pour l’isolation sous rampant, l’isolant présenté sous forme de rouleaux ou de panneaux, est directement appliqué sur la charpente. La disposition la plus courante consiste à appliquer un matelas de laine minérale sur la charpente, dont une partie peut être posée entre les chevrons, tout en conservant une lame d’air suffisante entre l’isolation et la couverture (tuiles ou autre). 75 % des foyers français sont équipés de laine de verre, d’un excellent rapport qualité prix, mais il existe sur le marché bien d’autres isolants d’origine minérale, végétale ou même animale. Là encore, une épaisseur d’une trentaine de centimètres est indispensable. « Il peut être tentant de choisir un isolant mince pour ne pas rogner sur l’espace habitable, mais seule une certaine épaisseur garantira une bonne isolation, prévient Christophe Weck. Au-delà des performances intrinsèques de l’isolant, la qualité de l’isolation dépendra en grande partie de la quantité d’air emprisonnée [1]. L’air est le meilleur isolant. Mieux vaut donc accepter de perdre un peu de volume pour s’assurer d’une bonne isolation et garantir des économies futures sur sa note de chauffage ». Cette solution reste moins chère que l’isolation des combles aménagés par l’extérieur. Compter entre 30 et 40 €/m2.

Isoler ses combles

L'isolation des combles par l'extérieur : « sarking »

Si vous souhaitez conserver l’intégralité de votre espace habitable, il est possible d’isoler vos combles par l’extérieur. Il s’agit de l’isolation de charpentes traditionnelles par-dessus les chevrons. Cette isolation, appelée « sarking », consiste à placer une couche d’isolant (plaques multicouches de polyuréthane, par exemple) entre la volige et la couverture. L’isolant se présente sous forme de panneaux rigides (laine de roche, fibre de bois, etc.), et peut être posé en couches croisées pour plus de performance. Le renforcement de la réglementation thermique rend cette technique de plus en plus populaire.

Cette solution garantit une performance thermique optimale, ainsi qu’une excellente isolation phonique. La charpente est mise en valeur puisque rendue visible, et le volume habitable est très largement augmenté par rapport à une isolation effectuée « sous-rampant ». Notez enfin qu’aucune intervention à l’intérieur de votre logement ne sera nécessaire.

 

Le sarking : un investissement important en partie financé par de nombreuses aides

Efficace mais relativement coûteuse, cette option peut s’avérer intéressante si vous envisagez de changer les tuiles ou les ardoises de votre toit. Elle suppose donc des travaux de plus grande envergure, plus délicats, et beaucoup plus de finitions qu’une isolation des combles perdus. Comptez ainsi entre 40 et 50 €/m2, en fonction de la configuration des lieux, de l’état de la charpente, et donc de la solution choisie.

Comme pour l’isolation des combles perdus, vous pouvez bénéficier de nombreuses aides financières : la prime en euros de Total, le crédit d’impôt pour la transition énergétique à hauteur de 30 %, l’éco-prêt à taux zéro, le taux de TVA réduit à 5,5 %, et les aides publiques.

Compléter l’isolation des combles aménagés par l’isolation du plancher

Pour baisser encore plus vos factures et obtenir un confort optimal, ces deux techniques d’isolation peuvent être complétées par l’isolation du plancher des combles. L’isolation du plancher se fait alors par laine à poser ou à dérouler (comme dans le premier cas d’isolation des combles perdus). Mais à la différence de l’isolation des combles perdus, les combles étant utilisés ici comme lieu de vie ou de stockage, il faut prévoir un plancher au-dessus de l’isolation. Un pare-vapeur doit également être disposé sur l’ensemble du plancher avant la pose du matériau isolant.

Afin de faire votre choix, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel sélectionné par Total, tant pour le choix des matériaux que pour la mise en œuvre des travaux. Seuls les travaux réalisés par un artisan agréé vous permettent d’obtenir des aides financières !

Si vous n’êtes pas sûr que l’isolation des combles est adaptée à votre domicile, effectuez une simulation gratuite des économies que vous pouvez réaliser dans votre logement.                                                                                                               

Isolation des combles

 

 

[1] La résistance thermique minimum pour une construction conforme à la RT2012 est de 8m2.K/W. En rénovation, l’exigence est de 7m2.K/W pour les combles perdus et de 6m2.K/W pour les combles aménagés.

 

Pour aller plus loin : 

 

 

Crédit photo : Fotolia / Shutterstock

Sur le même thème