Chaque année, le chauffage domestique représente plus de 60 % du budget total des ménages. Avec la promulgation en 2015 de la loi de transition énergétique pour la croissance verte, le bois connaît un regain d’intérêt auprès des ménages. Il s’agit d’un combustible économique et renouvelable. Profitez d’un pellet de qualité supérieure en obtenant un devis de notre partenaire TOTAL Pellet Premier.

Demandez un devis gratuit

Le bois, une énergie renouvelable et peu polluante
Énergie renouvelable : le chauffage au bois revient à la mode

Souvent associé à la menuiserie ou à la fabrication de panneaux, le bois sert aussi à la production d’énergie renouvelable (EnR). Pourri au cœur ou fendu, le bois de chauffage est de qualité insuffisante pour la scierie, la menuiserie. Ainsi, reconstitué en bûches, en plaquettes ou en pellets, il se transforme en combustible permettant de chauffer les logements.

Avec ses quelques quinze millions d’hectares de surfaces forestières et une exploitation partielle de son potentiel annuel (entre 60 et 70 %), la France dispose d’une réserve importante de cette énergie renouvelable. Les émissions de CO2 de la combustion du bois de chauffage participent aussi à la croissance des arbres, ce qui fait du bois une énergie peu polluante.

Avec ce combustible, ce sont souvent les filières courtes qui sont privilégiées : le bois est surtout utilisé comme énergie de chauffage dans les régions boisées. En effet, les clients se fournissent dans un rayon de 80 km autour de leur habitation.

Le bois, une énergie économique

Le bois de chauffage séduit aussi de plus en plus les consommateurs à la recherche de solution de chauffage économique car c’est l’une des énergies les moins chères du marché. À titre de comparaison, en décembre 2015 le bois était l’énergie la moins chère juste après le fioul avec 5,83c€/kWh PCI, contre 5,73 pour le fioul, 12,19 pour le propane et 15,71 pour l’électricité.

De plus, en fonction de la solution technique retenue pour chauffer au bois son logement, le rendement peut atteindre 90 % permettant de faire jusqu’à 50 % d’économie sur la facture énergétique. Néanmoins, face au succès de cette ressource énergétique, le coût du bois a augmenté : en 2 ans, son prix a doublé.

Risques de surexploitation

Cependant, certains tirent la sonnette d’alarme face à l’explosion de la demande en bois de chauffage et craignent les risques de surexploitation des forêts françaises. Pour répondre à cette mode du chauffage au bois, certains exploitants forestiers pratiquent les coupes rases. Celles-ci ont un impact très négatif sur l’environnement : détérioration du paysage, menace pour la faune et la flore, etc.

Afin d’éviter les abus, il est important de mettre en place des règles pour l’exploitation raisonnée des massifs, comme couper un arbre sur quatre par an dans une plantation.

Le saviez-vous ?

Le pellet est le terme anglais, rentré dans le langage courant, pour désigner le granulé de bois.

Pour aller plus loin : 

Sur le même thème