Sur les 12 millions de chaudières que compte la France, près de 3,5 millions ont plus de 20 ans. La vétusté de ces systèmes de chauffage a des conséquences sur l’environnement et la facture énergétique des foyers. Pour amener les propriétaires à rénover leur installation, de nouvelles normes sont appliquées depuis le 26 septembre 2015, avec l’entrée en vigueur de directives européennes Éco-conception et Étiquetage. Les chaudières à condensation, fioul ou gaz, vont peu à peu devenir le seul produit en vente sur le marché. Quelles sont les conséquences de ces nouveaux standards ?

Calculez vos économies d’énergie

Mieux informer le consommateur avec l’étiquetage des produits
Chaudière à condensation : le nouveau standard

Présentes depuis plusieurs années sur les produits électroménagers et les climatiseurs, les étiquettes énergétiques sont maintenant obligatoires pour les chaudières et les chauffe-eau.

Sur les nouveaux modèles de chaudières, les constructeurs doivent donc indiquer la consommation annuelle et la performance saisonnière pour les chaudières d’une puissance de moins de 70 kW. Grâce à une note comprise entre A+++ et G, le consommateur pourra comparer plusieurs produits peu importe la marque et la source d’énergie.

De plus, lors d’une demande de devis pour installer une nouvelle chaudière à condensation, le professionnel devra indiquer la classification énergétique puis fournir l’étiquette à la livraison ou à la pose du matériel de chauffage.

Les chaudières à condensation, un système de chauffage performant

Avec des limites maximales d’émissions polluantes et sonores ainsi que des exigences d’efficacité énergétique, les fabricants doivent produire des chaudières au rendement saisonnier égal ou supérieur à 86 %.

Ce rendement évalue le rendement réel moyen du système de chauffage à partir de tous les éléments suivants : rendement en régime permanent, perturbations de fonctionnement lors des phases de démarrage, de ralenti ou d’arrêt, et autres pertes. Dès lors, depuis le 26 septembre 2015, seules les chaudières à condensation sont autorisées à être fabriquées car elles sont les seules à répondre à ces spécificités techniques. En effet, les nouveaux standards visent à retirer à terme du marché les systèmes de chauffage les moins performants.

Des exceptions aux chaudières à condensation

Même si la chaudière à condensation est le système de chauffage le plus performant, le tout-condensation n’est pas pour tout de suite. En effet, la réglementation s’adapte aux spécificités techniques de bâtiments anciens tant que des solutions fiables et compétitives n’ont pas été trouvées. Ainsi, les chaudières murales à gaz installées dans des immeubles collectifs disposent d’une dérogation car les conduits d’évacuation ne sont pas adaptés pour transporter les fumées émises par les chaudières à condensation.

Même si les anciennes technologies de chaudières sont interdites à la fabrication, elles sont toujours commercialisées, jusqu’à épuisement des stocks.

Le saviez-vous ?

Selon l’Ademe, installer une chaudière à condensation permet de réaliser une économie de 15 à 20 % sur sa note énergétique.

Pour aller plus loin : 

Sur le même thème