La conception bioclimatique permet de réaliser des économies d’énergie en adaptant l’architecture du bâtiment à son environnement. Matériaux utilisés pour le concevoir, orientation, disposition des pièces, prise en compte des éléments extérieurs comme le vent ou l’ensoleillement : découvrez en détail sur quoi repose l’architecture bioclimatique.

Architecture bio climatique.

La conception bioclimatique, pour tenir compte de l’environnement du bâti

À la montagne, au bord de la mer, près d’une forêt ou en ville : les conditions climatiques auxquelles une maison est soumise changent selon sa situation géographique.

L’objectif de la conception bioclimatique est de prendre en considération les avantages et les contraintes environnementales du bâti pour que le logement soit le plus économique possible, en matière d’éclairage, de chauffage et de climatisation.

Premier levier d’action pour réaliser des économies d’énergie : profiter des apports solaires offerts par l’environnement. L’objectif est de profiter au maximum des rayons du soleil en hiver et de réduire leurs effets en été. Une maison construite à flanc de colline sera mieux isolée du vent, tandis qu’une construction proche des arbres pourra profiter d’un apport en ombre et en fraîcheur lors des mois estivaux.

L’architecture bioclimatique n’est pas nouvelle. Autrefois appelée architecture vernaculaire, elle exploite les caractéristiques de l’environnement pour profiter au maximum de la lumière naturelle, s’isoler du vent et obtenir de la fraîcheur en été. Aujourd’hui, ces « astuces » permettent de répondre aux normes de construction en vigueur, énoncées notamment dans la RT 2012 (Réglementation thermique). Ces normes exigent notamment que tout soit fait pour réduire au maximum les besoins énergétiques du logement. La construction doit alors tirer profit de son environnement pour être chauffée et éclairée sans trop consommer : c’est ce que l’on appelle l’efficacité énergétique minimale.

L’architecture bioclimatique : techniques de conception

Pour réduire au maximum les déperditions de chaleur ou de fraîcheur selon la saison, l’architecture bioclimatiques’appuie principalement sur une bonne isolation du bâti et sur une ventilation optimale.

Au-delà des matériaux utilisés, l’orientation même du logement est capitale. Orientée plein sud, l’habitation captera la chaleur du soleil et bénéficiera au mieux de sa lumière grâce aux baies vitrées et fenêtres placées sur sa façade. La face nord du logement est exploitée pour placer les pièces qui n’ont pas besoin d’une chaleur et d’une luminosité constantes, comme le garage ou la buanderie par exemple. Ces pièces forment des « espaces tampons », qui ont l’avantage d’isoler les autres pièces du froid.

Dernière caractéristique de la conception bioclimatique : elle préconise des maisons aux formes compactes, pour limiter les surfaces d’échange avec l’extérieur. Un peu à la manière d’un igloo, la maison est pensée pour être le moins possible soumise aux vents et aux rayons solaires. Pour une même surface, un logement à étage subit moins de déperditions thermiques qu’un logement de plain-pied. Si l’architecture bioclimatique en est encore à ses prémices en France, son concept devrait se populariser dans les années à venir, pour les économies d’énergie qu’il permet tout en préservant la nature.

 

Pour aller plus loin