Prix, installation et entretien d'une VMC double flux

La pose d'une VMC double flux requiert un certain espace pour l'ensemble des équipements, qui doivent rester accessibles pour des raisons de maintenance. Un entretien régulier et minutieux est indispensable pour garantir l'efficacité de la ventilation.

 

L'installation de la VMC double flux

L'échangeur thermique de la VMC double flux étant assez volumineux, il est souvent positionné dans les combles de la maison ou dans une pièce peu fréquentée au quotidien comme la buanderie. Quoi qu'il en soit, la pièce choisie doit être chauffée ou tout au moins adjacente à une pièce chauffée, pour que l'échangeur thermique ne soit jamais soumis aux températures hivernales. En effet, ceci réduirait considérablement son rendement. Si cela s’avère impossible en raison de contraintes techniques, l'appareil doit être isolé.

Les conduits et les ventilateurs de l’installation sont dimensionnés selon la taille du logement, du nombre de pièces et d'occupants, mais aussi en fonction de contraintes réglementaires fixant des débits d'air minimaux à atteindre. Les gaines d'extraction et d'insufflation serpentent dans les combles ou dans les pièces dissimulées dans des coffrets, ou sous un faux-plafond. Avec une VMC double flux, vous n'avez plus besoin d'entrées d'air donnant sur l’extérieur, puisqu’elle fonctionne grâce à une bouche d’insufflation. Celle-ci amène l’air neuf dans votre logement, d'où une meilleure isolation acoustique vis-à-vis des nuisances sonores venues de l'extérieur. Il faut condamner les entrées d'air existantes pour ne pas perturber son fonctionnement. Une contrainte d'installation à noter : il vous faut découper les portes de votre domicile sur le bas, sur une hauteur de 1 ou 2 cm, pour permettre à l'air neuf de passer d'une pièce à l'autre.

Peut-on installer soi-même sa VMC double flux ?

Vous pouvez procéder à l'installation de votre VMC double flux si vous estimez disposer des compétences techniques requises. Cependant, le recours à un professionnel est préférable pour s'assurer de la qualité de la pose et du respect des normes en vigueur. De plus, les aides financières proposées par les pouvoirs publics ou Total Marketing France pour favoriser ce type d’installation sont attribuées à condition de faire appel à un professionnel qualifié.

Comment entretenir une VMC double flux ?

La performance de votre VMC double flux dépend beaucoup du soin que vous portez à son entretien. Ainsi, les filtres doivent être nettoyés tous les trimestres pour rester efficaces et remplacés deux fois par an, notamment après la saison des pollens. Les bouches d'extraction et d'insufflation doivent être dépoussiérées tous les 6 mois environ. Quant à l'échangeur thermique, il doit être démonté et lavé minutieusement une fois par an en suivant les consignes de la notice fournie par le fabricant. Enfin, les conduits de ventilation doivent être inspectés tous les 5 ans pour garantir la qualité de l'air intérieur. Libre à vous de réaliser la maintenance ou de confier les tâches les plus techniques à un professionnel.

En savoir plus - Un puits canadien pour booster la performance

Si vous êtes prêts à réaliser un investissement plus conséquent (de 3 000 à 7 000 € pose comprise) afin de disposer de l'installation la plus performante possible, pensez à ajouter un puits canadien (appelé aussi puits provençal ou puits climatique) à la VMC double flux. Ce dispositif permet de faire circuler l’air dans des canalisations enterrées et de renforcer le chauffage de l'air neuf en hiver. En effet, la température de la terre reste constante toute l'année à partir d'une certaine profondeur. En faisant passer l'air neuf dans le sol, vous le préchauffez une première fois dans le puits canadien, puis une seconde fois dans l'échangeur thermique. Les économies d'énergies sont ainsi plus importantes, tout comme le prix des travaux: un élément à prendre également en compte.

Vous souhaitez commenter cet article ?
Créez un compte et commentez cet article