Une grande majorité de pays européens multiplie les efforts pour remplir les objectifs de la transition énergétique. Ces objectifs, qui visent à utiliser 20% d’énergies renouvelables sur la consommation totale du continent, devront être concrétisés d’ici à 2020. Éolien, biomasse, transports : où en est l’Europe concernant la transition énergétique ?

Transition énergétique : l’Europe est optimiste

Transition énergétique : l'Europe a les moyens de ses objectifs

Mardi 16 juin, la Commission européenne a publié son rapport biennal sur l’application de la directive concernant les énergies renouvelables. Selon l’instance, la part actuelle des énergies renouvelables représente 15,3 % de la consommation brute d’énergie, tandis que l’électricité verte atteint 26 % de la consommation totale d’électricité́. Les années à venir seront « plus stimulantes » d’après Miguel Arias Cañete, Commissaire européen au climat et à l’énergie. En effet, les objectifs de la transition énergétique, dans leur phase intermédiaire actuelle, sont plus simples à atteindre que les suivants. Par exemple, l’ambition de 10% de renouvelables dans le secteur des transports de chaque pays membre s’avère plus compliquée à remplir, la moyenne actuelle étant e 5,7% en Europe, avec des inégalités d’un pays à l’autre. Le projet, s’il est ambitieux, reste tout à fait réaliste.

La Commission se montre confiante vis-à-vis du chemin à parcourir pour mener à bien la transition énergétique en Europe d’ici 2020. Elle encourage toutefois les gouvernements à faire la promotion des biocarburants avancés, et à permettre l’électrification du parc de transport dès à présent. La promotion des transports électriques permettra également d’intégrer l’électricité renouvelable variable, toujours selon le rapport.

À lire aussi : Production d’électricité : l’énergie éolienne s’envole

Objectifs de la transition énergétique : des efforts à prévoir

La suite du rapport fait état des pistes de progrès envisageables pour atteindre les objectifs de la transition énergétique fixés pour le continent. Biogaz, collecteurs solaires thermiques, géothermie sont autant de technologies nécessitant des initiatives supplémentaires d’urgence, d’après les analyses de la Commission.

En matière de technologies électriques, l’éolien offshore a pris du retard, creusant l’écart entre la réalité actuelle et les objectifs prévus, tout comme le solaire concentré et les technologies marines. Des progrès sont aussi attendus en termes de mécanismes de coopération, afin que les surplus des uns compensent les déficits des autres. Pour cela, certains États doivent encore mener des études pour savoir si leurs outils leur permettront d’atteindre les objectifs de 2020.

La France fait partie des pays concernés puisqu’elle a raté de peu ses objectifs intermédiaires. En cause : les obstacles non-économiques que sont les procédures d’octroi de permis pour l’éolien, ainsi que les barrières techniques qui empêchent l’éolien et la biomasse de se développer de manière satisfaisante. Cependant, la France fait partie des bons élèves en matière de biocarburants, de pompes à chaleur et de biomasse pour la chaleur.

À 5 ans de l’échéance, la transition énergétique en Europe semble donc bien engagée et suscite l’intérêt des pays qui y prennent part.

Pour aller plus loin :

Sur le même thème