Le Plan de Rénovation Energétique de l’Habitat 2013 s’est inscrit dans le prolongement du Grenelle de l’environnement. Son objectif est de parvenir à une baisse de la consommation énergétique de 37 % des bâtiments d’ici 2020 en rénovant près de 500 000 logements d’ici 2017.

Pour y parvenir, il faut d’une part informer davantage les particuliers sur les dispositifs existants en s’appuyant notamment sur le sigle RGE (un récent sondage Ifop indique que « seul un français sur deux connaît le sigle RGE »), et d’autre part en les incitant financièrement. Par ailleurs, la mention RGE vise à former massivement les professionnels à la rénovation énergétique.

La mention RGE pour une meilleure information du particulier
Plan de rénovation énergétique : la mention RGE au cœur du dispositif

Le particulier a souvent du mal à sélectionner un professionnel en raison de la multiplication des certifications, labels, et autres appellations. Depuis 2011, la mention RGE (« Reconnu Grenelle de l’Environnement puis rebaptisé Reconnu Garant de l’Environnement) a été introduite pour aider le particulier à identifier les professionnels bénéficiant d’une qualification professionnelle reconnue dans le domaine des travaux de rénovation énergétique. Une seule mention quelle que soit la spécialité du professionnel, c’est un gage de visibilité, de simplicité et cela garantie au particulier un niveau de qualité.

Un accompagnement pratique et financier de l’Etat

Pour que ce sigle s’installe durablement et se démocratise, les aides et incitations de l’Etat dans le cadre de la rénovation énergétique vont être conditionnées au recours à un « artisan RGE » ! L’éco prêt à taux zéro (éco PTZ) ou encore le crédit d’impôt développement durable (CIDD) exigeront cette mention. Il faut noter qu’à compter du 1er juillet 2014, passer par un artisan RGE deviendra une condition sine qua none pour bénéficier de l’éco PTZ et à compter du 1er janvier 2015 pour le CIDD. C’est ce que l’on appelle aussi le principe de « l’éco conditionnalité ».

Vers une augmentation des professionnels qualifiés

L’objectif de rénovation fixé par le gouvernement est ambitieux. Il faut donc que les professionnels montent en compétences pour répondre aux futures sollicitations et assurer des rénovations de qualité. Aujourd’hui, ils sont déjà 14000 à bénéficier du signe de qualité RGE. D’ici la fin de l’année, selon l’ADEME, ils devront être 30000. Un annuaire les référençant devrait voir le jour.

-          La mention RGE prolongée

L’engagement des professionnels de la filière se poursuit avec la signature d’un avenant de la charte RGE pour les travaux d’amélioration énergétique. Ils prolongent de deux ans les engagements initiaux.       

-          La mention RGE élargie aux « études » et industriels

En plus des prestations de réalisation de travaux, la bonne conception d’un bâtiment est également une composante importante de sa performance. Depuis novembre 2013, il s’étend désormais aux professionnels de maîtrise d’œuvre, bureaux d’études, architectes mais également aux industriels de matériaux de construction et de rénovation.

Sur le même thème