Actuellement, l’énergie solaire photovoltaïque représente 1 % de la production électrique mondiale. Une énergie qui a aujourd’hui ses limites (impossible de produire quand il n’y a pas de soleil) mais qui, demain, pourrait prendre une place plus importante dans le mix énergétique mondial. Et cela passe par le fait de pouvoir stocker l’électricité du photovoltaïque. Comment faire, et surtout quels sont les avantages et les inconvénients de cette solution ? Les réponses de L’énergie tout compris.

Avantages et aléas du stockage d’électricité photovoltaïque

Comment stocker l’électricité du photovoltaïque ?

Les ingénieurs se sont penchés sur la question, et les moyens de stocker l’électricité du photovoltaïque sont de plus en plus performants. La solution la plus fréquemment utilisée et développée par les sociétés reste celle des batteries.

Principale difficulté : la connexion entre l’appareil et les panneaux photovoltaïques, à savoir ne pas endommager la batterie trop rapidement. Et, par extension, assurer une durée de vie correcte (cycle recharge-décharge complet) à cette dernière. Aujourd’hui, une batterie de qualité, soit environ 500 cycles, a une durée de vie estimée entre 7 et 15 ans selon la consommation.

Quels sont les avantages du stockage de l’électricité du photovoltaïque ?

Des prix en baisse, une énergie plus chère à la revente qu’à l’achat… La vente de panneaux solaires a le vent en poupe chez les Français, même si l’heure n’est pas encore à l’autosuffisance. Mais cela pourrait venir, au moins partiellement. Si l’on peut stocker l’électricité du photovoltaïque et si EDF baisse ses prix de rachat, les particuliers pourraient être amenés à tendre vers l’autoconsommation, le stockage permettant de couvrir plus de 50 % des besoins annuels d’un foyer. Cela créerait un moyen de lutter contre l’intermittence, une des causes qui fait que le solaire n’est pas notre énergie principale : bénéficier de façon constante d’une énergie reçue de manière très concentrée pendant la journée.

Pouvoir stocker, c’est aussi offrir aux consommateurs des réserves décentralisées et flexibles, qui correspondent mieux à leur consommation. De quoi développer le photovoltaïque et inciter à miser sur une énergie renouvelable inépuisable plutôt que sur des énergies polluantes, ce qui est loin d’être anodin à l’heure de la récente signature de l’accord de Paris.

 

Quels sont les inconvénients du stockage de l’électricité du photovoltaïque ?

Le chemin est encore long avant de voir le solaire prendre une place plus importante dans le mix énergétique mondial. Pour l’heure, stocker l’électricité du photovoltaïque inspire encore la frilosité. Et pour cause, on ne sait pas encore stocker cette énergie de façon rentable avec des batteries. Elles s’usent à chaque cycle de charge-décharge, perdant de leur capacité. Il faut donc les changer au bout de quelques années et le coût de stockage demeure pour l’instant très élevé, surtout pour un particulier.

L’autre inconvénient majeur est d’ordre politique. Encourager le stockage de l’électricité et donc l’autosuffisance peut avoir, sur le long terme, des répercussions négatives pour le marché de gros de l’électricité, entraînant une hausse des coûts pour les gestionnaires de réseaux. De même, et c’est déjà le cas en Espagne, les politiques pourront être amenés à taxer le stockage photovoltaïque si celui se développe, le rendant évidemment beaucoup moins rentable.

 

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème