Principe de l'isolation des sols

Pour une isolation des sols optimale, il convient d’utiliser de bons isolants thermiques, d’ajouter des matériaux en plus du revêtement de base et de faire appel à des professionnels.

Isolation du sol : comment ça marche ?

Des isolants thermiques variés pour retenir la chaleur

Pour une isolation efficace, il est indispensable d’utiliser des isolants thermiques, à ne pas confondre avec les isolants phoniques qui sont destinés à limiter les nuisances sonores venant de l’extérieur ou de l’intérieur. Les isolants thermiques possèdent une très faible conductivité thermique et retiennent la chaleur de votre habitation. Dans une pièce chauffée, ils permettent ainsi de limiter au maximum les pertes de chaleur. Le nombre de matériaux à disposition est très important : laine de roche, laine de verre, polystyrène, polyuréthane, ouate de cellulose, chanvre, etc., d’où l’importance de bien se renseigner avant de débuter des travaux d’isolation du sol. La performance de l’isolant dépend également de son épaisseur. En posant jusqu’à 30 cm d’isolant, vous pouvez atteindre un haut niveau de performance énergétique. Pour mesurer la performance globale de l’isolant choisi, il vous faut vérifier sa résistance thermique (mesurée en m2.°C/W).

L’isolation des sols en soutien des revêtements

Les revêtements de sol ‒ qu’il s’agisse de carrelage, de parquet ou de moquette – ont un effet isolant, mais celui-ci est loin d’être suffisant. Si la déperdition de chaleur est moins importante au niveau des sols qu’au niveau  des murs et de la toiture, elle représente tout de même entre 7 et 10% de la perte totale selon l’Ademe. Dès lors, afin de faire des économies d’énergie et de réduire sa facture annuelle, il convient de bien isoler ses sols en plus du revêtement décoratif. De plus, en évitant que la fraîcheur ne passe par le sol, une isolation améliorée vous apportera plus de confort au quotidien.

Faire appel à des spécialistes pour l’isolation des sols

Isoler le sol de sa maison ou de son appartement n’implique pas forcément des travaux très importants. Il est néanmoins intéressant de s’entourer de spécialistes pour que les travaux soient réalisés dans les règles de l’art. Nous vous aidons à trouver la solution la plus adaptée à votre logement grâce à notre simulateur d’économies d’énergie. Vous pouvez, par la suite, faire une demande de devis et être mis en relation avec un de nos artisans partenaires. Ce dernier peut vous conseiller au mieux, dans le but d’éviter une isolation ratée. Elle pourrait entraîner la création de ponts thermiques propices à la déperdition de chaleur.

Peut-on isoler tous les sols de son habitation ?

Il est possible d’effectuer des travaux d’isolation sur tous les types de sols, que ce soit lors de la construction, ou sur un bâti déjà existant. L’isolation thermique des sols est largement simplifiée lorsque celui-ci est posé au-dessus d’un vide sanitaire ventilé. D’une hauteur allant généralement de 20 à 60 centimètres, ce vide sanitaire permet d’intervenir rapidement et d’effectuer des travaux à un coût moindre. Il faut noter qu’un vide sanitaire  de 30 cm de haut et moins n’est pas accessible. S’il n’y a pas de vide sanitaire existant et s’il est impossible d’en créer un, diverses solutions peuvent néanmoins être envisagées comme, par exemple, la pose d’isolant en bandes ou en plaques. Le plancher peut être isolé par le bas (isolant fixé sur la face inférieure du plancher) ou par le haut (isolant posé sur le plancher et recouvert d’un revêtement) ou encore entre les éléments de structure du plancher. 

En savoir plus – La résistance thermique, un facteur déterminant

Lors d’une rénovation ou de travaux destinés à améliorer l’isolation de vos sols, il faut prêter une attention toute particulière au choix des matériaux et notamment à leur résistance thermique. Plus celle-ci est forte, moins il y a de déperditions d’énergie et, en toute logique, de consommation, ce qui allègera vos factures. A noter que si pour les sols la valeur minimale de résistance thermique est de R ≥ 2,4 m2.K/W, elle s’élève à R ≥ 5 m2.K/W pour une toiture qui est le principal lieu de déperdition énergétique.

 

 

Découvrez les autres solutions d'isolation et de ventilation

Découvrez les autres solutions d'isolation et de ventilation