De plus en plus de ménages français ont recours aux pompes à chaleur. C’est ce qu’a récemment révélé l’étude Observ’ER, l’Observatoire des Énergies Renouvelables. En 2018, le marché des pompes à chaleur a progressé d’environ 18% par rapport à l’année précédente. C’est principalement la relance des constructions neuves, depuis plusieurs mois, qui soutient l’accroissement des ventes de ces installations.

la pompe à chaleur en france

Récemment, l’Observatoire des Énergies Renouvelables – Observ’ER a partagé un état des lieux de l’évolution du marché des pompes à chaleur individuelles en France. L’étude ne s’intéresse donc qu’aux installations ayant une puissance inférieure à 30 KW. C’est sur base d’une collecte de données réalisée auprès de l’ensemble des acteurs intervenant sur le marché français en tant que fabricants/distributeurs ou importateurs qu’Observ’ER, chaque année, évalue l’évolution du marché.

Le marché des pompes à chaleur aérothermiques croit de 18%

On y apprend que le marché des pompes à chaleur aérothermiques est en nette progression. Globalement, il croit de 18% par rapport à l’année 2017. L’ensemble du marché a profité de la relance des constructions neuves amorcée en 2016 et qui s’est poursuivie jusqu’à la fin du premier semestre 2018. Au total, quelques 591 700 PAC aérothermiques ont ainsi été installées en 2018.

Les pompes à chaleur air/air toujours les plus diffusées

Les pompes à chaleur air/air sont toujours les plus diffusées. Ce segment, avec une hausse de 19% des ventes, est porté essentiellement par le remplacement d’anciens systèmes de chauffage électrique. Depuis 2017, ces appareils ont aussi profité de la vague de remplacement de ceux qui avaient été installés suite à la canicule de 2003. Les PAC air/air ont représenté un marché évalué à plus de 498 120 pièces l’an dernier.

Le nombre de pompes à chaleur air-eau installées a connu, lui, une hausse de 15% par rapport à 2017, avec 93 580 pièces installées.

Ralentissement de la croissance attendue

Dans l’ensemble, le marché des pompes à chaleur air/air et air/eau se porte bien. Toutefois, il pourrait être impacté par un ralentissement de l’activité dans la construction constaté, selon Observ’ER, à partir du deuxième semestre 2018.

Il pourrait cependant trouver un relais dans le renforcement des aides à la rénovation énergétique pour l’installation de ce type d’appareils, notamment dans le cadre du remplacement d’une vieille installation au fioul. Chacun peut profiter de ces aides à travers le programme Mon Energie Tout Compris, proposé par Total.

La pompe à chaleur géothermique peine à se développer

Le marché des pompes à chaleur géothermiques, d’autre part, peine toujours à se développer. « Depuis 2008, le marché des pompes à chaleur géothermiques n’a cessé de reculer en termes d’unités vendues. Le secteur est passé de 21 725 pièces cette année-là à 3 080 en 2018. Les ventes se sont stabilisées depuis 2016, légèrement au-dessus de 3 000 unités », explique Observ’ER. L’étude évoque « des équipements chers à l’achat qui dissuadent la grande majorité́ des particuliers d’envisager plus avant ces solutions et une technologie très mal connue du grand public. » Les pompes à chaleur géothermiques peinent à faire face à la concurrence des autres technologies renouvelables, au premier rang desquelles figurent les PAC aérothermiques.

Répartition géographique de la vente des pompes à chaleur

L’étude partage d’autres indicateurs intéressants. Parmi eux, la répartition des installations sur le territoire. On peut y relever que l’activité des PAC géothermiques est centrée dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne et Normandie. Ces trois régions représentent 52 % du marché. Les ventes de PAC aérothermiques sont réparties de manière relativement homogène sur l’ensemble du territoire. Néanmoins, quatre grandes régions accueillent la moitié des installations aérothermiques : Normandie, Pays de la Loire, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Grand Est.

Sur le même thème

Sur le même thème