La stratégie nationale bas carbone a fixé comme objectif la réduction de 87% des émissions directes de gaz à effet de serre liés au bâtiment d’ici 2050. Pour relever ce défi, la pompe à chaleur devrait prendre une place de plus en plus importante dans le parc immobilier.

pompe à chaleur dans l'avenir

En 2016, le secteur du bâtiment représentait environ 30% des émissions annuelles nationales de CO2, dont 26% sont liées directement au chauffage ou à la climatisation. Pour répondre aux objectifs que s’est fixé la France à travers le Plan climat, à savoir atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, le parc immobilier est donc appelé à se transformer en profondeur.

Installer une pompe à chaleur en bénéficiant d’aide

Dans cette optique, les normes énergétiques auxquelles doivent répondre les nouvelles constructions sont renforcées. En parallèle, il est urgent d’activer la rénovation énergétique des bâtiments existants. A cette fin, de nombreux dispositifs d’aide au financement des travaux permettant une réduction de la dépense énergétique à l’échelle d’une habitation ont été mis en place.

Parmi eux, on trouve évidemment des aides à l’installation des pompes à chaleur, comme le crédit d’impôt pour la transition énergétique ou encore la prime énergie

La pompe à chaleur, excellent vecteur de réduction des émissions

Dans ce contexte de transition énergétique, en effet, l’installation d’une pompe à chaleur présente de nombreux avantages. Au niveau de chaque habitation, le dispositif permet, au moyen d’un faible apport en électricité, d’aller puiser de l’énergie dans l’air ou dans le sol à l’extérieur, pour chauffer l’habitation.

 

A lire aussi : Quels avantages à installer une pompe à chaleur ?

 

Dans le projet de programmation pluriannuel de l’énergie (PPE), actuellement en discussion, il est prévu de faire évoluer considérablement la part de chaleur produite par les pompes à chaleur. A l’horizon 2023, l’objectif est que les pompes à chaleur (PAC) produisent 39,6 TWh de chaleur, avec 35 TWh générées par les PAC aérothermiques et 4,6 TWh par les PAC géothermiques. Pour 2028, l’ambition est de faire évoluer cette production à 44 TWh selon l’option basse ou à 52 TWh selon l’option haute.

 

A lire aussi : A combien s’élève le prix d’une pompe à chaleur.

Rénovation : 30 à 50% des maisons seront équipées de pompes à chaleur d’ici 2030

L’année dernière, l’Association française pour les Pompes à Chaleur (AFPAC), faisait en outre part de ses ambitions 2030 et des perspectives de développement de la filière pour 2050.

Déploiement des pompes à chaleur air-eau entre 2030 et 2050

Selon les hypothèses formulées par l’AFPAC à propos du marché de la rénovation, d’ici 2030, 30 à 50% des maisons actuellement chauffées au moyen d’hydrocarbures seront équipées de pompes à chaleur air-eau. A l’horizon 2050, toutes les maisons chauffées avec des hydrocarbures seront équipées de ce type de PAC. Elles pourraient déjà l’être dès 2040, si l’on en croit l’hypothèse la plus ambitieuse de l’association. En 2050, en outre, 1,5 millions de maisons actuellement au gaz seront également équipées de PAC.

Déploiement des pompes à chaleur air-air entre 2030 et 2050

Du côté des pompes à chaleur air-air, d’ici 2030, 40% des maisons actuellement chauffées à l’électricité et entre 10 et 20% des habitations chauffées au gaz seront équipées. A un horizon 2050, 80 à 90% des habitations chauffées à l’électricité intégreront ce dispositif. Ce taux d’équipement varie entre 20 et 50% pour celles chauffées au gaz.

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème

Sur le même thème