Les scientifiques du climat à l’ONU ont publié un nouveau rapport ce lundi 8 octobre 2018 sur l’état du climat. La conclusion est pour eux sans appel : il est impératif d’agir contre le réchauffement climatique. Quelles conséquences si rien n’est fait pour limiter l’augmentation des températures ? Comment agir contre le réchauffement climatique selon eux ?

 

Impact du réchauffement climatique : des différences entre + 1,5°C et + 2°C 

Les experts scientifiques de l’ONU, connus comme le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), estiment que le réchauffement climatique va atteindre + 1,5°C entre 2030 et 2052. Ils s’adressent directement aux États afin d’agir rapidement pour limiter cette hausse à 1,5°C. En effet, au-delà, les experts soulignent qu’une différence de 0,5°C entre 1,5 et 2°C aurait des conséquences sur l’environnement plus important.

Si à + 1,5°C, les vagues de chaleur seraient plus chaudes de 3°C, elles le seraient de 4°C à + 2°C. Sont également soulignés comme impacts si le réchauffement climatique s’élevait à + 2°C : 

  • un risque plus élevé de pluies torrentielles dans les hautes latitudes de l’hémisphère Nord, l’Asie de l’Est et l’Amérique du Nord ;
  • une baisse plus importante du rendement des cultures céréalières pour l’Afrique subsaharienne, l’Asie du Sud-est et l’Amérique latine ;
  • une perte des récifs coralliens pouvant aller jusqu’à 99 % contre une perte évaluée entre 70 % et 90 % pour une hausse de 1,5°C ;
  • une fonte de la banquise en été par décennie en Arctique contre une fonte complète par siècle à + 1,5°C.

Enfin, limiter le réchauffement climatique à + 1,5°C permettrait de modérer l’acidification de l’océan, une conséquence des fortes concentrations de CO2 sur Terre.

 

Comment agir contre le réchauffement climatique : les préconisations

Pour limiter le réchauffement climatique à + 1,5°C, le rapport du Giec 2018 avance comme solution l’obligation de diminuer les émissions de CO2. Deux échéances-clés sont déterminées : d’ici 2030, les émissions de CO2 doivent baisser de 45 %. 20 ans plus tard (soit en 2050), le monde devra atteindre la « neutralité carbone ».

Tous les secteurs sont concernés et doivent agir pour limiter leurs émissions de CO2. Le rapport préconise que les transports roulent aux énergies bas carbone pour 35 à 65 % d’entre eux en 2050. Autre axe d’actions : accélérer l’usage des énergies renouvelables de 20 à 70 % pour la production électrique. Ces efforts ont néanmoins un coût que le Giec estime à 2 400 milliards de dollars d’investissements annuels entre 2016 et 2035, soit 2,5 % du PIB mondial.

Le saviez-vous ?
Il est possible d’agir contre le réchauffement climatique à tous les niveaux. Vous aussi, vous pouvez préserver la planète en réduisant vos émissions de polluants au sein de votre habitation. La rénovation énergétique de votre logement est une des solutions vous permettant de réduire votre impact sur l’environnement : vous participez ainsi à la réduction des gaz à effet de serre. L’énergie tout compris met à votre disposition un simulateur évaluant l’étiquette énergétique de votre logement et les solutions d’économies d’énergie adaptées aux caractéristiques de votre domicile.

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème

Sur le même thème