Le 28 juin 2018, le gouvernement a présenté son plan d’actions visant à favoriser le développement de l’énergie solaire. Nommé « Place au soleil », il s’inscrit pleinement dans le cadre de la loi de transition énergétique pour la croissance verte. L’objectif annoncé : atteindre les 32 % d’énergie renouvelable dans la consommation française en 2030. Quelles en sont les principales mesures ? L’objectif annoncé peut-il être atteint ? Le point avec L’énergie tout compris.

Energie solaire

Quelles actions pour développer l’énergie solaire ?

Le lancement du programme « Place au soleil » doit permettre aux professionnels du solaire d’installer davantage d’équipement en facilitant leur rencontre avec les détenteurs d’offre foncière, au sol ou sur bâtiment. Parmi les mesures prévues dans le plan, il y a :

  • Le renouvellement de l’exonération de Contribution au Service Public de l’Électricité (CSPE) pour les projets d’autoconsommation ;
  • L’augmentation de la prime à l’achat d’un chauffage ou d’un chauffe-eau solaire pour les ménages français dès 2019 ;
  • La création de nouveaux labels « Ville solaire » et « Département solaire » ;
  • La simplification des démarches pour les supermarchés s’engageant à installer des panneaux-solaires ;
  • La prise en charge de 40 % du prix du raccordement au réseau électrique pour les structures agricoles.

L’armée fait également partie du plan « Place au soleil ». Le ministère des Armées s’engage à mettre à disposition plus de 2 000 hectares de terrains d’ici 2025. Ils doivent servir au développement de projets photovoltaïques

 

Alerte sur le respect des objectifs climatiques de la France

Si le plan « Place au soleil » s’inscrit dans les démarches permettant d’atteindre les 32 % d’énergie renouvelable en 2030, un document de travail du ministère de la Transition écologique alerte sur le respect de cet objectif. En effet, il indique que le déploiement des énergies renouvelables serait en réalité plus lent que prévu. Le solaire, le biogaz, l’éolien et toutes les autres énergies vertes devraient atteindre 31 % de la consommation d’énergie en 2030. En ce qui concerne la consommation finale d’énergie fossile, la loi prévoit un recul de 30 % la même année. La projection effectuée dans ce document de travail indique toutefois que cet objectif sera sans doute dépassé. La baisse sur la consommation d’énergie fossile devrait atteindre en effet 40 % en 2030.

Outre ces points énergétiques, le document projette également le dépassement du volume maximum d’émissions de gaz à effet de serre. Ce volume est plus connu sous le nom de budget carbone. Un dépassement pour la période 2014-2018 semble se dessiner puisque les émissions de CO2 atteindraient 458 MtCO2 au lieu des 440 MtCO2 prévus. En ce qui concerne la période 2019-2023, 24 MtCO2 de plus sont attendus puisque le volume d’émission serait de 422 MtCO2 au lieu de 398 MtCO2.

 

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème

Sur le même thème